Publicité
Publicité
Analyse - 18/10/2019

Dyson stoppe son programme de véhicules électriques, le début d’une série ?

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché et auteur du livre "La désincarnation des grandes organisations". Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Détroit.

La lecture de cette actualité est réservée aux abonnés.

Partager cet article


Comment consulter cette actualité ?

Vous avez un abonnement INFORMATIONS, MARCHÉ ou CLUB : Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Choisissez une offre d'abonnement

En souscrivant un abonnement INFORMATIONS au prix de 122,52 € TTC/an

Je m'abonne

Découvrez nos abonnements MARCHÉ et CLUB pour profiter d’un accès illimité aux actualités et de leurs avantages spécifiques !

DÉCOUVREZ TOUS NOS ABONNEMENTS !

Vous pouvez aussi accéder aux actualités à l’unité ou par pack de 10

1 actualité

3,50 € HT

Pack 10 Actualités

30,00 € HT

Autres actualités

Edition du 18/10/2019

L'Assemblée nationale adopte l'article 18 du PLF 2020 avec deux grilles de malus

Les députés ont adopté ce jeudi 17 octobre l’article 18 du projet de loi de finances pour 2020 regroupant les dispositions sur la fiscalité automobile avec donc les deux grilles de malus. Celle sévérisée sur la base des émissions de CO2 en NEDC au 1er janvier 2020, l’autre sur base WLTP au premier semestre 2020 sans date de mise en œuvre précise.

Marchés

Oscaro nomme quatre femmes à son comité de direction

Oscaro annonce la nomination de quatre nouvelles directrices à son comité de direction : Stéphanie Revah, directrice administrative & financière, Cécile Vigneau, directrice des ressources humaines, Julie London, directrice marketing et Laurence Corchia, directrice Supply Chain.

Mouvements

Catégorie Analyse

Un réseau, ça sert d’abord à ajuster son pricing

L’étude très novatrice que le CNPA a fait faire à TCG permet de progresser notoirement dans la clarté des débats sur la distribution de VN et son coût. Elle continue toutefois de conférer à la fiction qu’est le "prix catalogue" une importance centrale. En remettant celle-ci en question, on peut effectuer un pas supplémentaire dans cette voie de la clarification et mettre le doigt sur le travail commercial réalisé par les réseaux et son coût pour les constructeurs et les clients : face à des produits toujours plus chers pour lesquels les clients ont des consentements à payer très en deçà des prix catalogues et très hétérogènes, il faut aller chercher les clients qui ne souscrivent pas spontanément à l’offre constructeur et ajuster les prix. Le réseau est dans cette fonction difficilement remplaçable.

26/07/2021

Dépassées, les bornes ?

C’est un sujet à haute tension que j’évoque aujourd’hui, où je me demande comment ceux qui ont en charge de promouvoir la voiture électrique comptent s’y prendre avec des bornes de recharge à image négative.

22/07/2021

Le grand chantier de l’organisation de la distribution automobile

Bien que demeurant importants, les débats sur le régime légal applicable à la distribution ont, depuis 2010, perdu en acuité. Si tel est le cas, c’est, pour l’essentiel, parce que "la messe a alors été dite" : le fait d’être passé sous le régime général a clarifié techniquement le débat juridique et a correspondu à une espèce "d’épuration technique" du dossier qui ne pose désormais plus que des questions d’efficience concurrentielle et s’abstient de chercher à préserver l’intérêt des parties. L’actuel débat confirme ces tendances et les renforce face au dossier numérique en particulier : peu contraints légalement, les constructeurs vont devoir se montrer adroits et imaginatifs face à des évolutions d’importance.

19/07/2021

Signaux de fumée

C’est à un sujet pour le moins opaque auquel je fais allusion aujourd’hui, dont les vraies victimes ne sont pas forcément ceux qui ont jeté un rideau de fumée sur l’industrie automobile.

15/07/2021

La France doit négocier sa place dans la nouvelle Europe de l’automobile

Mis au pied du mûr par une espèce de surenchère politique dans les exigences de décarbonation que l’on fait peser sur eux, les acteurs de la filière demandent paradoxalement à la fois défiscalisation et baisse des charges et soutiens publics massifs. Dans la mesure où cette demande est adressée en France comme ailleurs, l’Europe du véhicule électrique ne rompt guère avec son logiciel dominant qui est celui de la mise en concurrence des sites et des pays. A ce jeu, jusqu’alors, la France de l’automobile a beaucoup perdu et on peut espérer que, conscient qu’il s’agit là d’une impasse, le gouvernement profite de l’occasion pour proposer une autre Europe de l’automobile, un autre positionnement de la France en son sein et in fine un autre deal à nos deux constructeurs.

12/07/2021

La Mercothèque

C’est une chronique de riches que je vous propose aujourd’hui. Mais avec des trucs auxquels auront peut-être droit demain, ceux qui n’ont pas forcément la bonne étoile aujourd’hui…

08/07/2021

Pourquoi l’Airbus des batteries est resté un ULM

La visite d'Emmanuel Macron à Douai au lendemain des régionales est venue célébrer la construction dans le site Renault d’une "gigafactory" Envision. Ce projet vient signer une forme d’acceptation par l’Etat français de la réduction aux acquêts de son projet d’Airbus des batteries qui, conformément à ce que l’on pressentait depuis de longs mois déjà, ne sera qu’un projet Stellantis-Total. Au-delà de la déconvenue politique, cette séquence en dit long sur la nature du jeu concurrentiel dans l’industrie et la place que la question des batteries va désormais occuper. En la saisissant mieux, il paraît assez clair que le projet était mort-né.

05/07/2021

L’électrification en pleine recherche d’image comme le montrent les nouvelles 4L et la R5

Vingt ans après la première vague néo-rétro, voici la seconde. L’électrification perturbe les constructeurs. La différentiation entre les marques ne pourra plus être basée sur les motorisations et pour s’assurer que l’ADN est toujours présent, les centres de design présentent de plus en plus de concepts et de modèles reprenant les traits de véhicules emblématiques dans l’histoire des marques. Après Volkswagen, Stellantis et Honda, Renault revisite son passé.

02/07/2021

La fin des véhicules thermiques en 2035 : le grand saut dans l’inconnu

C’était en gestation et chaque semaine qui passe le confirme : en s’engageant à la neutralité carbone à l‘horizon 2050, l’UE avait signé l’arrêt de mort du véhicule thermique à une échéance antérieure à 2040 et il était patent que les -37,5% actés en 2018 pour le CAFE 2030 ne suffiraient pas. Avec la nouvelle commission et le green deal, les choses se précipitent et on en aura confirmation le 14 juillet. Des politiques comme Pascal Canfin essaient de nous convaincre que tout va bien se passer et que l’horizon qui se dessine est désirable. Si on peut comprendre leurs arguments, ils négligent tout de même un certain nombre de questions cruciales qui se poseront très vite.

28/06/2021

Pourquoi GM poursuit-il ses investissements dans la conduite automatisée ?

La fièvre de la conduite automatisée s’est effacée au profit d’une intensification de l’électrification au sein des stratégies CASE (Connected, Automated, Shared, Electrified), mais cela n’empêche pas GM d’augmenter ses investissements de 20 à 35 milliards de dollars conjointement dans les solutions de véhicules électriques et de conduite automatisée. Le constructeur américain a-t-il compris quelque chose que nous ignorons ou bien poursuit-il un autre objectif caché derrière la vitrine de la conduite automatisée ?

25/06/2021

Le bon Hummer ?

C’est une chronique de poids que je vous propose aujourd’hui, dans laquelle je me mets sérieusement à table…

24/06/2021