Publicité
Publicité
Equipementiers - 31/07/2023 - #Renault , #Peugeot , #Stellantis

Forvia produit ses premiers réservoirs à hydrogène

Par AFP

Forvia a commencé à produire ses premiers réservoirs à hydrogène dans une usine dernier cri à Allenjoie (Doubs), un premier pas important dans sa transition industrielle.

En pénétrant dans les 20.000 m2 d'atelier de cette nouvelle usine, le constat est saisissant. D'un côté, une chaîne de production classique, avec ses robots, ses cages ou encore ses robots collaboratifs autonomes de transport. Les deux tiers de l'usine produisent des échappements, activité historique amenée logiquement à ralentir avec la fin du moteur thermique.

Sur le tiers restant, Forvia lance une production en petite série de réservoirs à hydrogène. L'usine est modulaire : au fur et à mesure de l'évolution de ces deux marchés, la proportion entre les deux activités sera amenée à changer.

L'équipementier, qui rassemble Faurecia, ex-filiale de Peugeot-Citroën, et l'Allemand Hella, a engagé sa bascule vers l'hydrogène en 2016, bien avant les plans massifs approuvés en 2020 et 2021.

Pour son patron Patrick Koller, les modes de transport à l'hydrogène seront moins chers que la batterie électrique avant 2030. "Les applications sont faciles à mettre en oeuvre", expliquait M. Koller début 2023 à des journalistes, "mais il faut d'abord l'infrastructure pour produire de l'hydrogène en masse et pour pas cher".

Utilitaires et poids lourds
Avec ses réservoirs, Forvia vise directement le marché des véhicules utilitaires légers et des poids lourds. Avec l'hydrogène, on retrouve le "même confort" et les mêmes "facilités" que les véhicules équipés d'un moteur thermique, en matière d'autonomie et de temps d'usage, assure Yves Dumoulin, en charge de l'activité hydrogène au sein de Forvia.

L'entreprise travaille notamment pour Stellantis et Hyvia, coentreprise entre Renault et Plug Power. Forvia a également créé une coentreprise ad hoc avec Michelin, Symbio, qui fabrique des "stacks", éléments essentiels des piles à combustible.

Le virage s'inscrit dans la stratégie de Forvia de réduire de 90% d'ici 2045 ses émissions de gaz à effet de serre, sur toute sa chaîne de valeur, par rapport à 2019, en compensant le reste pour atteindre "zéro émissions nettes", selon son plan validé par la Science-Based Target initiative (SBTi), un label de référence.

Les émissions dites indirectes, telles que celles liées au plastique, à l'acier et autres matériaux, représentent la très grande majorité de l'empreinte carbone du groupe. Mais Forvia, comme tout le secteur, veut aussi réduire ses émissions directes, et donc sa consommation d'énergie : l'usine, inaugurée en 2021, dispose de 2.000 m2 de panneaux photovoltaïques et d'un réseau de chaleur alimenté par de la biomasse, et elle recycle la chaleur dégagée par les machines.

Formation en interne
Dans l'atelier d'Allenjoie, le directeur du site Franck Sarazin montre la pièce où sont façonnés les réservoirs qui accueilleront l'hydrogène, sous forme gazeuse et compressée à 700 bars.

Le réservoir est un cylindre en matière composite, autour duquel s'enroulent plusieurs kilomètres de fibres de carbone et de fibres de verre.

"Cela fonctionne comme un métier à tisser", décrit Franck Sarazin.

Chaque unité emporte 1,5 kilo d'hydrogène, de quoi faire environ 150 kilomètres. Chaque véhicule sera équipé de plusieurs de ces petits réservoirs, qui alimentent une batterie et un moteur électriques.

Faurecia reste cependant très discret sur les volumes produits actuellement, simplement "adapté à la demande actuelle de nos clients", selon le service communication.

En fonction des besoins, chaque salarié reçoit une formation dispensée par un institut créé en interne : "On forme de l'opérateur jusqu'au directeur", précise le directeur du site.

M. Sarazin estime que 10% des effectifs ont déjà basculé vers l'hydrogène. Plus largement, la baisse des effectifs dans l'entité ces dernières années est plutôt liée au ralentissement de la filière automobile qu'à la transition technologique.

Cette transition est soutenue à hauteur de 213 millions d'euros par l'État, dans le cadre du Projet important d'intérêt européen commun (PIIEC) sur l'hydrogène. C'était l'une des 15 premières entreprises françaises retenues dans le dispositif en juillet 2022, avec son concurrent Plastic Omnium, qui doit inaugurer sa propre usine de réservoirs dans l'Oise en septembre.

Réactions

Je cite ,mais il faut d’abord l’infrastructure pour produire de l’hydrogène en masse et pas ….cher !aïe,on est à combien avec les subventions ? 5€ le kg?

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

L’un fait la guerre, l’autre joue

Les discours tenus respectivement par Carlos Tavares et Luca de Meo sont apparus lors de la présentation des résultats financiers du premier semestre comme étant aux antipodes : d’un côté on se félicite d’excellents résultats présentés en insistant sur l’extrême brutalité de la bagarre concurrentielle engagée avec la Chine ; de l’autre, les bons résultats sont resitués dans un jeu concurrentiel beaucoup plus ouvert. Ainsi au management par le stress voire par la terreur chez Stellantis répond un discours plus enjoué où le paysage concurrentiel est le théâtre d’une partie plus collective où les coups joués donnent des avantages ou désavantages provisoires. Au-delà du rôle attribué au dirigeant, c’est in fine l’organisation de la firme et de ses débats internes et son inscription dans les sociétés et économies concernées qui sont définies différemment.

Marchés

Le gouvernement dévoile le mécanisme de calcul des émissions de CO2 qui conditionnera le bonus

Le gouvernement a publié les projets de décret et d’arrêté qui définissent les conditions de calcul d’un score environnemental minimal à atteindre pour obtenir le bonus. Cette démarche innovante permet de contrôler que la dépense publique va bien dans le sens de la décarbonation. Décryptage des calculs détaillés dans l’arrêté pour mesurer la teneur en CO2 de l’acier, l'aluminium, la batterie, l'assemblage et le transport pour chaque voiture électrique.