Publicité
Publicité
Analyse - 29/10/2020

La Maire de tous les SUV

Inutile de résister, les SUV sont parmi nous, et pour longtemps. Et je crois bien avoir découvert qu’ils bénéficient d’une forme de promotion tout à fait inattendue, de la part de ceux qui prétendent pourtant les combattre.

La Maire de tous les SUV

Rangie, le père de tous les SUV (Crédit : JLR).

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Vous allez vraiment croire que je suis complètement obsédé par les SUV.

Peut-être bien d’ailleurs, puisque c’est la troisième fois que je vous en parle. Promis, la prochaine fois que je songerai de nouveau à en faire le thème de ma chronique, j’irai d’abord consulter. Mais pour ma défense, je dois bien avouer que je ne choisis pas vraiment mes sujets, et que la plupart du temps, c’est en fait l’inverse qui se produit : ce sont eux qui viennent à moi.

De fait, j’écris mentalement la plupart de mes textes dans la rue, où les stimuli liés à l’automobile ne manquent guère. Bon, pas sûr que je vous rassure sur ma santé mentale avec ce genre d’explication.

D’ailleurs, ça a un peu changé dernièrement. En raison de la pandémie, je fréquente plus rarement les voies publiques, et j’ai dû apprendre à cultiver mon jardin intérieur, réfléchir plus intensément sous la douche et faire appel aux sources d’inspiration de proximité (si tant est que les réseaux sociaux puissent être ainsi qualifiés). C’est précisément ce qui s’est passé pour ce que je suis en train de vous écrire, dont le contenu m’a été suggéré par deux news malheureusement pas fake, et l’article d’un magazine.

Je commencerai par ce dernier, en l’occurrence un spécial quinze pages consacré aux 50 ans du Range Rover, paru dans le numéro de juin de Classic Cars. Je sais, ce n’est pas du très frais, mais ce n’est pas de ma faute si le courrier en provenance d’Europe arrive au Brésil au rythme d’un steamer en panne de charbon. Reconnaissons d’ailleurs que s’agissant d’un sujet consacré à une voiture lancée en 1970, ça n’est pas si gênant.

Et je vous vois déjà venir avec les commentaires de bas de page sur les pionniers des SUV antérieurs à cette date. De fait, un certain nombre de véhicules peuvent prétendre à ce titre, qu’il s’agisse de la Renault Colorale 1950, de l’International Harvest Scout 1961, de la Jeep Wagoneer 1963 ou encore du Ford Bronco 1966. Ceci étant dit, ne vous abstenez pas pour autant de me faire part de vos avis sur cette chronique, surtout si c’est pour en dire du bien.

Vous admettrez d’ailleurs que le Rangie a tout de même inventé quelque chose. Contrairement à une idée reçue, celui-ci n’a pas été conçu à l’origine comme un véhicule luxueux, même s’il l’est devenu par la suite, mais plutôt comme un engin tout-terrain offrant les qualités routières d’une berline classique. Certes, les modèles précédemment cités répondaient pour certains au même cahier des charges, mais aucun n’avait eu le culot de faire appel à une suspension dotée de quatre ressorts hélicoïdaux à la place des lames qui constituaient alors la norme dans cet univers.

Ce choix fut d’ailleurs contesté jusque dans les rangs du constructeur britannique, mais Charles Spencer King, alors responsable des projets futurs et qui en était responsable, ne s’en laissa pas compter. Il ne démordit donc pas de l’idée, qui lui était venue après avoir conduit une berline (Rover évidemment) dans un champ fraichement labouré.

A constater le succès commercial qu’a connu le Range jusqu’à nos jours et le fait que celui-ci est toujours en production, on se dit qu’il ne faudrait jamais interdire à un ingénieur de s’amuser au volant. Quoi qu’il en soit, pour toutes ces raisons et parce que ça m’arrange aujourd’hui pour cet article, j’affirme sans crainte que le Range-Rover originel est le père de tous les SUV.

Ce qui m’amène sans transition à la Maire de tous les SUV. Et pour surprenante que cette affirmation puisse vous paraître, il s’agit d’Anne Hidalgo

Pour être tout à fait honnête, Madame Hidalgo est loin d’être la seule. Il lui faudra donc partager le titre honorifique que je lui décerne unilatéralement avec nombres d’élus et représentants d’organismes ou assoces diverses, vertes et variées, lesquelles nous incitent involontairement et à leur corps défendant à rouler en SUV.

Aucun doute que s’ils me lisaient -ce qui est moins que probable- ceux-ci s’étrangleraient d’indignation devant mes propos, et n’hésiteraient pas à monter sur leurs grands chevaux-pas-vapeur pour expliquer à quel point ces engins sont inadaptés à nos environnements urbains, et qu’on n'a pas besoin d’un affreux 4x4 pour monter sur les trottoirs ou franchir les dos d’Anne parisiens.

A ce stade, vous attendez évidemment des explications de ma part. Pour vous emmener sur les chemins tortueux de mon raisonnement, c’est donc à bord d’une berline que je vous invite à prendre place, afin de réfléchir à ce qui peut encore inciter l’automobiliste contemporain à opter pour une voiture basse, en dehors de considérations esthétiques sans intérêt. Il n’y a pas si longtemps, la réponse aurait été évidente.

C’était en effet l’époque ou une modération certaine s’imposait à l’abordage des courbes au volant d’un 4x4 à la caisse mal retenue, susceptible de se vautrer à la moindre fantaisie voire plus si affinités avec les bas-côtés. Bref, une berline ou tout autre engin au ras du sol, ça tenait la route comparée aux camions crapahuteurs avec lesquels on n'était jamais très loin de mettre la niche sur le chien, pour reprendre l’expression d’un journaliste auto que j’adorais lire en cachette en classe quand j’étais môme.

De nos jours, cette assertion est totalement dépassée, à l’heure où les plusieurs centaines de chevaux des Lamborghini Urus, Bentley Bentayga et autres Range Rover Sport SVR sont dressés dans l’enceinte du Nurburgring, et savent se tenir en (réseau routier) public. Evidemment, les machines les plus modestes de la catégorie vous promettent elles aussi de rester en vie sur les petites routes serpentantes même franchies à vive allure.

Certes, il existera toujours une différence entre un Captur et une Clio, un 3008 et une 308 menés à la limite de leurs possibilités respectives. Mais sincèrement, quel drôle d’individu s’amuserait à pousser un Captur dans ses derniers retranchements à part les ingénieurs chargés de la mise au point du châssis ?

Restent les sensations, qui dépendent étroitement du point G. Oui, ben on se calme, et on laisse le bon Docteur Gräfenberg tranquille, parce que c’est de gravité dont il est ici question, même s’il me faut bien faire une rapide allusion à votre fessier. Parce que la perception qu’on a de la route est intimement (c’est le cas de le dire) liée à sa position dans le véhicule, particulièrement la hauteur.

Grossièrement dit (c’est le cas de le dire, bis), plus le cul est bas, plus on fait corps avec la voiture. Ceux qui ont déjà conduit une Lotus (la voiture, pas le papier) sauront de quoi je parle. Les autres se contenteront de l’imaginer.

Sauf que les sensations que je viens d’évoquer font déjà partie d’un autre âge, du moins en ville, où ce qui peut vous arriver de plus émouvant au volant d’une voiture basse, c’est d’être arrêté au feu rouge à côté d’un camion avec de grosses roues qui font peur. Et ça ne va pas s’arranger à Paris, avec la première des nouvelles à laquelle je faisais allusion au début de cet article, puisque notre chère Anne a décidé de mettre la ville au régime à 30 km/h quasi-intégral.

Pour l’instant, elle se contente de consulter sur le site de la mairie où les internautes sont invités à se prononcer sur la mesure, non sans avoir lu le dithyrambe inductif concocté à son sujet. J’ignore ce qu’il en sortira, mais quoi qu’il en soit, il y a bien longtemps que la conduite urbaine n’est plus pourvoyeuse de grand-chose à part d’ennui ou de stress. Dans ces conditions, admettons que la dynamique d’une voiture basse n’y présente pas grand avantage.

La deuxième mesure concerne la suppression de milliers de places de stationnement en surface dans la capitale, “quasiment la moitié“ des 140.000 actuellement disponibles, si l’on en croit David Belliard, adjoint à Madame le maire (ou la maire, ou la mairesse, je ne sais plus). Là encore, on encense et on consulte sur la même page, sur un mode parfois émotif, avec des phrases du genre : “Et si les Parisiens pouvaient lâcher la main de leurs enfants dans les rues de la capitale ?“. Rappelez-moi d’envoyer pour Noël le “guide des questions biaisées pour les nuls“ à David et Anne.

Mais peu importe, puisque ce qui m’intéresse véritablement s’agissant de cette disposition, c’est que si elle est appliquée (en doutez-vous ?), celle-ci pourrait en fait bien se montrer favorable à certains SUV, particulièrement ceux du segment C. Comme vous le savez, je soutiens mordicus (façon de dire que je me répète), que l’automobiliste qui renoncerait à un SUV à force de se faire dégonfler (les pneus) par des terroristes écolos, choisirait une berline ou un break du segment au-dessus, afin de conserver l’espace intérieur auquel il est habitué, et dont il a sans doute besoin.

A titre d’exemple, un 3008 serait ainsi remplacé par une 508, et un Tiguan 5 places par une Passat. Sauf que se trimballer entre 27 et 30 centimètres supplémentaires en longueur avec bientôt deux fois moins de places pour stationner dans la rue pourrait dissuader immédiatement notre homme de changer son auto, et l’inciter plutôt à s’équiper d’un compresseur à brancher sur l’allume-cigares pour regonfler ses pneus quand ce sera nécessaire, qu’il fera d’ailleurs fonctionner moteur tournant à l’arrêt, histoire de balancer quelques grammes de CO2 supplémentaires dans son environnement immédiat.

Mais la supériorité des SUV sur les berlines en milieu urbain ne s’arrête pas là, puisque ceux-ci présentent un avantage qu’on évoque trop rarement, et que j’ai découvert au début de ce siècle, après avoir troqué ma Mégane II de fonction pour un X-Trail de première génération, suite à un changement de crèmerie professionnelle.

L’esprit sans doute pollué par les messages anti 4x4 déjà courants à l’époque, je me suis dans un premier temps inquiété de cette migration d’une “petite berline“ vers un “gros tout-terrain“, eu égard à la place de parking plutôt étroite de mon lieu de résidence.

Mais si la fiche technique de l’engin avouant une largeur inférieure à celle de la Mégane (1.765mm contre 1.780 pour la Renault) m’a plutôt rassuré, c’est l’expérience qui a totalement achevé de me convaincre.

Avec un véhicule d’architecture haute, l’expression “monter en voiture“ retrouve en effet tout son sens, grâce à une assise de siège beaucoup plus proche du fessier (décidément j’insiste) que dans une berline où il faut se laisser tomber dans un baquet dont il est plus difficile de ressortir que du sofa depuis lequel vous assistez à vos programmes de télévision favoris.

C’est particulièrement vrai si à l’instar de la majorité des acheteurs de voitures neuves on commence à accumuler les printemps, si on est sujet au mal de dos, lorsqu’on passe ses journées à entrer et sortir de l’auto, ou que le voisin du parking de supermarché s’est garé comme si la voiture d’à côté appartenait à un mannequin anorexique.

Pas étonnant donc que la police municipale de la commune où je me trouvais alors ait choisi elle aussi le X-Trail pour équiper ses agents, considérant le nombre d’entrées/sorties opérées quotidiennement par ces derniers.

Ce qui est amusant avec les SUV, c’est qu’ils sont à la fois détestés par ceux qui aiment l’automobile, et ceux qui la honnissent. Les uns parce qu’ils les considèrent comme des camions, et les autres… aussi.

Mais seuls ces derniers s’en font sans le vouloir les promoteurs, à force de nous inciter au style de conduite aseptisé, boitautomatisé, et surtout dépourvu de la moindre prétention dynamique qui fait le bonheur des voitures basses. C’est pourquoi je reconnais en Madame Hidalgo la Maire de tous les SUV

En ce qui me concerne, j’ai d’ailleurs pleinement conscience du fait qu’en affichant ma préférence pour les voitures proches du sol, je reconnais publiquement un état d’esprit dinosauresque. Que dire alors de mon penchant pour les coupés profilés, aux portières démesurément longues et difficiles à manœuvrer ?

Finalement, je crois bien que je vais consulter au plus vite.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

L'amère de Paris ?
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 06:16

Moi même, je suis passer au SUV, pas de gaité de coeur, préférant de loin les berlines. Toutefois, l'urbanisme m'y a contraint, a force de multiplier les obstacles en tout genre, sur les chaussées de nos villes, je suis contraint de passer au SUV pour protéger mes jantes et mes bas de caisses, CQFD. Dans l'automobile toute les décisions politiques prises à son encontre sont toujours des non sens sous tous les aspects.
Nous payons ici, les reliquats de la lutte des classes et une certaines politiques qui ne parlait que collectivisme, et avait en ligne de mire, cet objet synonyme d'individualisme et de liberté que peut être la voiture

Sylvain Treffé, Le 29/10/2020 à 07:28

Jean-Philippe n’a pas besoin d’aller consulter pour répondre à la question « être ou ne pas être addict aux coupes ou aux SUV » car la question du point G à été revisité (excusez-moi de ce mot maladroit) par Land Rover et de gîte il n’en est question que pour le pot au feu. Mais avec le malus au poids on ne trouvera plus en 2030 de Range Rover même électrique à la vente en France. RIP.
C'était pourtant confortable ces véhicules dans les embouteillages sur les voies sur berges. En écoutant Miles Davis sur la chaîne Meridian on ne pouvait supposer que la route conduisait à l’« ascenseur pour l’ echafeau.
Anne sœur Anne, la colère gronde ne vois-tu rien venir?

Bernard Oustric, Le 29/10/2020 à 07:30

Je me souviens du premier Range Rover que j'ai vu, peu de temps après sa sortie, dans une rue de Genève : de couleur rouille, arrêté à côté de moi, il m'impressionait, mais moins que son conducteur, un géant vêtu d'une pelisse de fourrure, un cigare gros comme une durit de refroidissement entre les lèvres, ça résumait bien le positionnement social du Range...
Et pour illustrer cet excellent article, souvenez vous de cette publicité pour le Range qui, je crois me souvenir, avait valu une récompense à Rover : un dessin de ou façon Sempé où l'on voyait la partie vitrée du RR qui émergeait d'un flot de véhicules dans un gigantesque embouteillage, et la légende
" Enfin seul "

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 08:17

Une des meilleures pub automobile en effet, le Range était de plus en couleur et toutes les autres voitures grises..
Il y avait une autre pub anglaise pour le Range où l'on voyait un Range dans 1 m de neige roulant devant un chasse-neige et au dessus "Réduisez votre consommation de sel !"
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 08:34

Merci à vous deux et à notre excellent chroniqueur du Jeudi ......dernier jour de l’année? bonne chance a tous

Alain Boise, Le 29/10/2020 à 08:38

Eh oui on s’en souvient de ce « Enfin seul» de Sempe! Et c’est sur des critères comme celui de ne pas faire partie des masses populaires que les marques deviennent PREMIUM.
Une touche de British (approuvé par la Reine), une photo dans un décor de Safari du côté d’Arusha, un catalogue avec dans le coffre une manette en cuir entrouverte sur un paire de Purdley...
du temps et malgré une fiabilité chancelante le miracle du Premium se realise. Pas toujours ce serait trop facile!

Bernard Oustric, Le 29/10/2020 à 08:39

Au diable la répétition thématique...
Une fois de plus, une chronique très polluante ...pardon, pardon que m'arrive t-il ?...très poilante, la chronique et juste (c'est son prénom ) !

P.S. : le choix des clichés semble très avantageux pour Madame la Maire, nettemenr moins pour la 508 ...ou alors c'était pour rester de "saison" avec le crédit JLR de l'ancêtre...Maire de tous les SUV ?
;0)

Ade Airix, Le 29/10/2020 à 08:58

A l'origine le Range n'était pas vendu comme un engin de luxe comme il l'est devenu par la suite, mais comme dit dans l'article comme le premier 4x4 vraiment routier.
Les premiers 4x3 affichaient dans les rue une énorme "165 km/h".
C'était possible à l'époque sans se prendre une plainte de 10 associations plus ou moins verdâtres auprès du Jury de déontologique de la Pub...
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 09:45

Ben si c'était pas une voiture de luxe, il fallait quand même avoir les reins solides pour se l'offrir et surtout l'abreuver.
Il s'est plutôt démocratisé par la suite avec les boîtes 5 et surtout les diesels aux destins plus ou moins heureux.

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 09:56

Le statut social par le prix et l'absence totale de concurrents dans les premières années.
Quand vous avez conduit les premières versions avec le 3,5l à carbus, un rupteur pour 8 cylindres (aïe le réglage de l'angle de came), la boite 4 et un jeu de transmission vendu avec, ça restait quand même un peu rustique.
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 10:14

Vu d'aujourd'hui, c'est sûr, Lucos, et je sais de quoi je parle, je les ai tous conduits.
Mais ramené à l'époque, ça restait luxueux, surtout au niveau du confort de suspension et de l'onctuosité du V8.
Et je me souviens de mon premier Range, un V8 de 85, je n'avais pas du tout l'impression de rouler en camionnette...

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 10:22

Je sais aussi de quoi je parle j'ai eu un "boite 4"
clong clong clong...
;0))

Lucos , Le 29/10/2020 à 10:35

I got one, green, V8 of course, 2 doors, so soft, so comfortable, I loved it.
At that time, the pump clerk at the gas station was still serving you, he rapidly became a good friend!
A nous les petites Anglaises...
God save the Queen.

Bruno Haas, Le 29/10/2020 à 11:05

En effet Bruno, et avec 90 litres dans le tank, on en avait pour son argent.
Il n'y avait guère que la xj 6 pour faire mieux, mais il lui fallait 2 réservoirs

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 11:10

Le mien était une série spéciale, African Queen, du temps des exploits de Metge au Paris Dakar.
Je l'avais beaucoup modifié : injection 190 CV de la Rover Vitesse, viscocoupleur, vitres électriques, verrouillage centralisé et j'en oublie.
Je me demande ce qu'il est devenu

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 11:15

"ce qui peut encore inciter l’automobiliste contemporain à opter pour une voiture basse" Un truc qui n'a pas l'efficacité aérodynamique d'un parpaing?
"à l’instar de la majorité des acheteurs de voitures neuves on commence à accumuler les printemps" incidemment, des connaissances avec un nombre certain de printemps ont laissé tombé le SUV qui était pour le coup trop haut, pour un berline haute qui est un juste milieu avec leur précédente berline standard.

Arnaud C., Le 29/10/2020 à 11:30

D'où l'invention marketing du "Crossover" ?
;0)
PS concernant les pompistes, mon Range était bi-carburant Essence GPL et avec 90 l de fuel et 80 l de gaz en tassant bien les jours de paye, le pompiste me donnait directement la collection complète de Glups, de BD molles, de schtroumpfs, de disques vinils mous...
Eh oui à cette époque tu avais un cadeau quand tu faisais le plein, aujourd'hui tu payes un Malus...
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 11:39

Et avec autant de carburant à bord le point G était en dessous du macadam...
;0))

Lucos , Le 29/10/2020 à 11:40

Encore une preuve de plus du bon goût automobilistique de Jean-Marie !
Il y a des voitures comme la vôtre Jean-Marie dont on aimerait bien savoir ce qu'elles sont devenues. Je me suis posé la même question pour un certain nombre de mes voitures, pas par narcissisme, du moins je ne crois pas, mais par curiosité de passionné.
Je pense en particulier à un Trooper V6 essence Long Wheel Base avec double toit ouvrant et un intérieur cuir "fauve" réellement réussi.
Egalement un autre 4x4 Isuzu, le V-Cross gris métal intérieur cuir rouge, équipé du même V6 essence de 3,5 l de 215 ch à 5400 tr/min, une merveille à conduire (piloter ?).
Type de véhicules totalement interdits de nos jours.

Bruno Haas, Le 29/10/2020 à 12:15

Je suis allé voir dans mon quartier des Butes le nouveau Land hybride rechargeable et le commercial totalement stressé...me dit avec un mépris mal dissimulé que c'est une bibine à "batterie" à la mode en me poussant à préférer les "tanks" à 90000 euros qu'il avait dans son garage "invendables" et au prix surfait.
il répondait au téléphone tout le temps et je lui demandait la longueur du nouveau...et il me répondait: désolé j'ai pas un mètre !!
Pour l’embêter je lui dit, vous savez les pompes à essence sont sales et puent, et l'idéal c'est y aller le moins possible et charger chez soit en chaussons tous les soirs et il y aura moins de pannes.
Finalement il fini par me dire un truc invraisemblable, vous savez les pannes chez les anglaises c'est tout un art, il faut s'en occuper !
Je lui dit...j'ai autre chose à faire et je sais compter l'argent. Je n'ai pas fait avec lui un client copain de quartier !
Par contre Land à fait une grosse erreur...ils viennent de fabriquer une Land qui est moins chère de 30 à 40000 euros que d'habitude et les clients vont s'habituer à payer moins cher pour la même qualité !
Si les anglais désormais n'ont plus de pain...qu'ils mangent de la brioche !!

Durand Pierre, Le 29/10/2020 à 12:17

... Est ce une impression ?
Je crois discerner une certaine nostalgie chez plusieurs commentateurs pour le 1er opus du Range (3p avé le V8 Buick remastérisé, notamment)...Sans faire de peine aux fans des versions ultérieurs
Je peux comprendre... Ce véhicule fut proprement "disruptif" comme disent les "marketeurs" ... Offrir des prestations de berline dans l'enveloppe d'un vrai franchisseur à la présentation nettement moins frustre que le Defender ...c'etait l'ambition ...La formule a bien fonctionné jusqu'à nos jours ...
;0)

Ade Airix, Le 29/10/2020 à 12:29

Vous avez raison cher Adeairix, (once more), cette bagnole correspondait parfaitement à mes goûts et mes activités : chasses, en particulier dans l'immense forêt de Teillay où ses capacités de franchissement faisaient merveilles, nombreux trajets vers les stations de sport d'hiver avec 3 enfants, coffre très spacieux malgré la présence énervante de la roue de secours, capacité de tractage fabuleuse pour les bateaux, le tout dans une bagnole plutôt "classe".
C'est sûr que côté conso, un véritable champion, genre 20 litres aux 100, que le pied soit léger ou lourd peu importe, toujours 20 litres. J'avais calculé que chaque kilomètre coûtait 1 Franc de carburant !
Je l'ai remplacé par un Pontiac TranSport, conso très incorrecte également, mais tout de même moins gargantuesque.

Bruno Haas, Le 29/10/2020 à 12:49

Je sens que le spécialiste n'a pas de prise sur le sujet et de prise (électrique) tout court chez lui ... (ce qui est désormais mon cas) pour le sujet dont il parle...et bien sur ne croit pas en l'avenir de l'hybride rechargeable et le PHEV.
Un train (électrique) de retard comme d'habitude...et toujours à quai en fumant diesel...mais si ce n'est pas le cas qu'il nous donne sa vision du future, qui sera selon moi, pour un grand moment mi figue mi raisin, à savoir inéluctablement le mariage essence avec batterie dans la même caisse !
Les gnans gnans qui nous disent que ce sont des caisses trop lourdes et personne de charger tous les soirs, les statistique de vente leur disent le contraire !
Allez à la pompe le plus souvent vous ne manquerez pas de copains !

Durand Pierre, Le 29/10/2020 à 12:59

Tiens Bruno, encore un point commun entre nous .. lorsque j'ai découvert ce fameux Range à Genève, bien qu'admiratif, je me suis dit que je ne roulerais jamais là dedans : au dessus de mes modestes moyens et, peut-être par dépit, trop m'as-tu-vu...
Puis mes 4 filles grandissant, elles commençaient à être serrées dans la 3,5 Rover.
A l'époque j'aurais pu acheter un Espace, mais à 6 à l'intérieur, il n'y avait plus de coffre.
Alors le Range s'est il imposé : j'avais avancé légèrement la banquette arrière pour la dégager des passages de roues et mes filles ne se sont jamais plaintes.
Ajoutez à cela un cheval, un van, les concours CSO...la vie était belle.

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 13:08

Pour la consommation, après mes modifications, j'étais toujours à moins de 14 litres après mes modifications ; injection bien sûr, mais j'avais lu sur les pubs que le refroidissement était prévu pour assurer un fonctionnement correct dans le désert en première courte par 45 degré avec 3,5 tonnes attelées.
Je me suis dit que c'était trop, j'ai viré l'énorme ventilateur que j'ai remplacé par un ventilateur électrique de Rover 600.
Il ne s'est jamais mis en route.
Certes je ne suis jamais allé dans le désert.
Je me souviens de son installation :
Je l'avais fixé sur des tasseaux en bois, ça ne s'invente pas...
Peints quand même en noir pour ne pas choquer l'observateur éventuel.

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 13:16

Fabuleux Jean-Marie !

Bruno Haas, Le 29/10/2020 à 13:23

Le succès d'une voiture ne tiens pas forcément aux standard classiques de marketing que l'on croit. Prenons au hasard le Range 1ère génération, tout le bien être à bord qu'on connu ses possesseur vient en premier de ce vitrage quasi total et de la ceinture inférieur de ces vitrages qui arrivent au niveau des coudes et non des épaules. Un sentiment de liberté dans un espace intérieur et extérieur qui se confondent un peu façon cabriolet ouvert et que ne donne plus la majorité des Suves et berlines qui vous encapsulent aujourd'hui dans des cockpits de Boeing claustophobiques.
Ceci a apporté le succès à d'autres voitures comme le CRV 1ère génération et d'autres classiques dont on ne parle jamais ici comme la Méhari, la Mini Moke par exemple...
Donc aujourd'hui, la règle, voiture haute, vitrage bas..
Simple non ?
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 13:23

Faut pas écrire en voiture...c'est pas bien !
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 13:29

Tres bonnne analyse du Lucos sur la formule gagnante du 1er Range et sa vitrine de verre ...
;0)

Ade Airix, Le 29/10/2020 à 13:35

Absolument, c'est d'ailleurs cette particularité du vitrage qui m'avait permis d'admirer le sybarite au volant du premier Range que j'ai vu, et ensuite que mes filles ne se soient jamais plaintes de la longueur de certains voyages ; c'était comme si elles avaient la télé à bord et ça les changeait de la SD1 où elles étaient littéralement enterrées.

Jean-Marie Méchin, Le 29/10/2020 à 13:41

Il faut dire qu'en plus si vous sortiez d'un Land avec sa ventilation préhistorique, le bon de commande était signé avant de connaitre le prix...
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 13:42

C'est bien ce que disait le gars chez Land...pour les pannes des grosses anglaise il faut s'en occuper ! Elles savaient sucer beaucoup de liquide de toute sorte !
Have a nice cup of tea qu'elles disaient en plus.
Les tasses à café racer légères de chez Lotus faisaient peu de ventes, et pourtant elles étaient dans le vrai !
Les anglais ont eu toujours raison de nous faire payer bien cher leurs excentricités, et en plus les Rolls tombaient bien en panne aussi. Sauf les gogos et les indiens croyaient le contraire ! Salut les dinosaures, votre âge ce fut l'âge d'or...mais c'est fini !!
Je viens de faire 5000 km par monts et autoroutes pas payantes sur une chamelle japonaise sans ce trainer et la bougresse refuse de tomber en panne et jamais trop soif.
Un de mes amis dit: "je m'en fous du prix de l'essence et de la consommation de mes voitures, je mets tous le temps 50 euros dedans et des pompes il y en a partout ". Voilà un gars qui ne se fait jamais de soucis.

Durand Pierre, Le 29/10/2020 à 14:22

La première fois que j'ai pris l'autoroute avec mon Range (à fond - ON/OFF comme d'hab') je jette par hasard un oeil sur la température d'huile dans un cadran à droite du volant et là horreur !
L'aiguille est en butée à droite !
Ce cadran qui devait être un Smiths étant bien mal fichu avec une amplitude entre le 0 et le maxi de seulement 30°, je doute de ma lecture et revérifie et c'est bien tout à droite !
Arrêt d'urgence sur la bande du même nom et ouverture capot (acier de 30 kg alors que la coque est alu - va comprendre) et sous le capot donc, rien ! Pas d'odeur d'huile, niveau OK et huile de bonne couleur..
Je repars au ralenti (130 km/h) la température est toujours maxi et je rejoins donc une station pour un contrôle plus approfondi que sur la bande de survie de 20 min.
Rien !
Je repars, température à fond au bout de 2 min. Nouvel arrêt, rien de nouveau donc bof le système de contrôle doit être HS et je fais 1000 bornes comme cela sans aucun PB.
De retour dans ma banlieue je passe voir le spécialiste Range de l'époque du coté de Bois Colombes.
Celui-ci me dit :
"L'aiguille était où ?"
"A fond à droite !"
"Oui, mais à fond à droite où ?"
"Ben là en butée dans le noir après la zone rouge !"
"Pas de PB monsieur, ne vous inquiétez pas, quand c'est dans le noir c'est que c'est bon !"
"Ouais mais là c'est APRES la zone rouge !"
"Oui mais noir ça veut dire bon !"
Et je les vois qui se marrent tous dans l'atelier !
Je venais d'être le jeu d'une vieille plaisanterie Rangistique qui m'apprenait que je n'était pas encore complètement dans la famille du Rover british.
Le voilà qui m'explique ensuite que ces Range n'ont pas de radiateur d'huile, que dans les Highlands la température moyenne au mois d'août est de 14°C et que quand tu ouvres un peu beaucoup en continu avec le Biouhic de 3.5l et bien l'huile chauffe gravement mais personne n'a jamais eu de PB !!
"Malgré tout je vous recommande de changer votre huile et de mettre de la Castrol 10W60 !"
"10W60 ?? Ca existe ?"
"Oui mais on en mets que dans les Range !"
Sur ce je fais vidanger et remplir par cette huile qui étant anglaise me donnait une confiance absolue dans ses qualités technique adaptées aux engins locaux.
Quelques temps après je reprend l'autoroute (à fond etc..) et je regarde la température d'huile.
A fond !
Je contacte mon spécialiste.
"Je ne vous ai pas dit que la température baisserait, mais c'est comme pour les frites, avec une bonne huile ça dure plus longtemps !!"
Je n'ai pas insisté, je n'ai plus jamais regardé ce cadran inutile et j'ai gardé mon Range 6 ans...
;0)
PS : pour une fois qu'une anglaise ne pissait pas l'huile avec son moteur américain...
;0))

Lucos , Le 29/10/2020 à 14:27

Une anecdote...croustillante comme les frites ... Ah les angoisses avec le mano de température d'huile ...
Un plaisir démodé juste encore disponible sur quelques hyper sportives ...
;0)

Ade Airix, Le 29/10/2020 à 14:43

Au prochain article de JP sur les SUV, je vous expliquerai le PB du Range en TT et comme il augmentait sérieusement et avec surprise le capital sympathie des conducteurs auprès de la gent féminine.. et même en version VU...
c'est dire !
;0))

Lucos , Le 29/10/2020 à 16:51

TT c'est pas télétravail...
;0))

Lucos , Le 29/10/2020 à 16:52

...Un vehicule augmentant le capital sympathie du conducteur auprès de la gent féminine ?
Ouh là là là, .. Lucos, ce sont des us et coutumes d'une autre époque... du siècle dernier ... du temps du colonialisme et compagnie ... cachez ce "saint" que ...
Pensez donc maintenant, à l'ère de balance ton "port" (j'ose pas écrire porc ces temps ci çà stigmatise sévère...) donc c plus de saison disais je ... La gent féminine ne se laisse plus influencer par des stratagèmes ou des grigris aussi "éhontés" ...Pouah ! ...
Tiens par exemple les joueurs de foot l'ont bien compris par exemple ...que des "adeptes" des petites citadines (rayon ouatures) si si si... A la rigueur une montre de luxe de temps en temps ...et encore ...la chaîne en or et la Lambo flashy c tout juste bon pour les clips de chanteurs de rap un tantinet "ringues"... Même Bigard il a quasiment viré sa cuttie..
... Que des pratiques surannées pensez donc ... Pfff
;0)

Ade Airix, Le 29/10/2020 à 18:37

Hors sujet?

Alain Boise, Le 29/10/2020 à 19:59

Oui Alain ...au fait sur le sujet (les SUV ou le Range 1ere maniere) qu'aviez vous à formuler ?
;0)

Ade Airix, Le 29/10/2020 à 20:24

Oui on aimerait savoir...
;0)

Lucos , Le 29/10/2020 à 21:48

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 29/10/2020

VO, prises de commandes VN et stock bas : les bons indicateurs de PSA

Le groupe PSA a annoncé de bons chiffres pour le troisième trimestre de cette année avec une croissance du chiffre d’affaires de la division automobile (+1,2%) à 11,9 milliards d’euros, malgré une baisse des ventes de 12,7% sur la période. L’activité VO, l’amélioration du mix produit et la baisse des stocks expliquent ces bons résultats.

Constructeurs

Catégorie Analyse

Comment aborder la question chinoise en matière de véhicule électrique en 2021 ?

Le véhicule électrique est, depuis plusieurs années, un sujet sur lequel la passion prévaut et où la foi joue trop souvent un rôle plus important que la raison. Dans ce contexte, s’inscrit la crainte d’être roulé dans la farine par des concurrents chinois qui, sous couvert de décarbonation, auraient inventé avec leur administration une machine de guerre destinée à nous dominer voire à nous évincer.  La réalité n'est pas aussi caricaturale.

18/10/2021

Les nombreux effets secondaires de la pénurie de semi-conducteurs

L’Amérique du Nord souffre de pénuries dans la chaine d’approvisionnement depuis un an et tente de s’adapter à la situation. En Europe, en revanche, les effets de la pénurie s’accélèrent sur la fin de l’année. Dans ces deux marchés, les cultures industrielles et commerciales sont très différentes mais les dommages collatéraux cultivent de nombreuses similarités.

15/10/2021

Une chinoise très cathodique

Aujourd’hui, c’est une véritable aventure en Bourgogne que je vous propose, à bord d’un engin exotique. Ou pas.

14/10/2021

L’industrie automobile droguée au chômage partiel pourra-t-elle décrocher sans dommages ?

La fin du "quoiqu’il en coûte" qui est désormais actée en France suscite de vives craintes et certains autres états hésitent à assécher les financements de leurs dispositifs de chômage partiel. Au vu de la situation automobile, ces craintes paraissent justifiées : il était très nécessaire d’adopter ces dispositifs et il est urgent maintenant de les abandonner. Il faut toutefois avoir conscience du risque de voir réapparaître suite à ces abandons la douloureuse question des surcapacités. Le financement du chômage partiel permet aux constructeurs de vivre dans une très artificielle situation sous capacitaire : le retour à la normale est en train de s’opérer.

11/10/2021

Ecriture inclusive : "Don’t think with Google"

Un article publié la semaine dernière dans la lettre branchée destinée aux gens de marketing, "Think with Google", promeut l’usage de l’écriture "inclusive". Une démarche politique qui pose un certain nombre de questions. Qui décide dans une entreprise de l’utilisation de l’écriture "inclusive" ? Est-elle compatible avec des enjeux commerciaux ?

12/10/2021

Le come-back des nouvelles mobilités se dessine

Les 15 années qui se sont écoulées ont conduit à voir monter et redescendre des convictions fortes quant à la nécessité pour l’automobile mondiale de changer profondément. Le véhicule connecté, le véhicule autonome, le véhicule électrique ou les nouvelles mobilités ont ainsi acquis puis perdu aux yeux des uns et des autres le statut d’évidente obligation de faire la révolution. Le véhicule électrique a ainsi connu une vague très ascendante pendant la crise de 2008 puis le reflux a été très net avant que la vague ne remonte après 2015 pour finalement emporter l’industrie. Les "nouvelles mobilités" avaient elles aussi paru aptes à changer profondément cette industrie il y a 10 ans et étaient assez clairement au creux de la vague ces dernières années. Elles pourraient bien imiter le véhicule électrique et réussir leur come-back.

04/10/2021

Ford investit 7 milliards de dollars dans le Kentucky et le Tennessee

Ford vient de s’engager à investir 7 milliards de dollars sur 3 sites localisés dans le Tennessee et le Kentucky. Le constructeur va ouvrir un campus dédié à l’électrification de la gamme de pick-up trucks et construire une usine destinée à la fabrication de batteries en partenariat avec SK Innovation. Le groupe coréen va ajouter 4,4 milliards de dollars pour porter l’investissement à 11,4 milliards de dollars au total et créer 11.000 nouveaux emplois.

01/10/2021

La Ton

Aujourd’hui, c’est la centième ! Du coup, j’en fais des tonnes…

30/09/2021

Batteries : et si l’Europe rattrapait son retard ?

Les deux années 2020 et 2021 ont été les années du véritable décollage du marché du véhicule électrique à batterie (VEB) de masse. Bien qu’annoncée depuis des années, cette mutation ne cesse de révéler mois après mois la fragilité des certitudes et prévisions que les uns et les autres avons élaboré. Il en est ainsi, peut-on espérer cet automne, de l’ultra-domination asiatique dans le domaine des batteries et de son corollaire politique qu’était l’incapacité de l’UE à se montrer en matière de politique industrielle à la hauteur de ce que l’Etat chinois entreprend pour gérer cette transition. Les deux "Airbus de la batterie" qui ont finalement décollé ne sont pas des ULM mais bien de solides attelages qui permettent de regarder cette mutation de l’industrie automobile comme susceptible de se négocier sans que la perte de souveraineté ne ressorte comme inéluctable.

27/09/2021

Les questions autour du passage de Mike Manley de Stellantis à AutoNation

Mike Manley quitte la tête de Stellantis pour l’Amérique du Nord, ce n’est qu’une demi surprise. En revanche, le voir prendre la tête d’AutoNation, le premier groupement de concessionnaires aux Etats-Unis, c’est plus étonnant. Mais ce mouvement est loin d’être incohérent pour l’exécutif anglais.

24/09/2021

Réindustrialisation : et si Stellantis mettait ses pas dans ceux de Renault ?

Renault confirme de mois en mois son réengagement en France et nous offre ainsi une vision moins sombre de l’électrification : ce pourrait être une occasion d’inverser une tendance de long terme qui a vu diverger les intérêts des constructeurs français et ceux des salariés, des territoires et des sous-traitants français. Les sérieux espoirs que l’on peut ainsi nourrir seraient rendus plus consistants si Stellantis s’inscrivait à son tour dans cette logique. Les salariés de Mulhouse et leurs organisations syndicales se sont exprimés en ce sens auprès de Carlos Tavares. La réponse très prudente qu’ils ont obtenue devrait inciter le politique à se montrer plus offensif.

20/09/2021

Rémi Cornubert : "Il y a un risque important que les constructeurs zappent la génération de moteur Euro 7"

Expert des questions automobiles, Rémi Cornubert estime que la stratégie "Fit for 55", dont les règlementations ont été publiées le 14 juillet dernier, en revenant sur les objectifs CO2 décidés à peine 2 ans avant rompt la confiance des industriels dans les politiques. C’est ce qui les conduit à accélérer le passage au tout électrique. Il est très pessimiste sur l’enchaînement des conséquences des décisions actuelles qui vont conduire à moyen terme à un effondrement du marché et une explosion sociale. Dépressifs s’abstenir…

16/09/2021