Publicité
Marchés - 12/05/2022

La prudence est de rigueur chez Toyota après des résultats annuels record

(AFP) - Le géant automobile mondial Toyota a signé en 2021/22 de nouveaux résultats record, grâce à des ventes robustes et la chute du yen notamment, tout en livrant mercredi des prévisions prudentes pour son nouvel exercice devant une avalanche de vents contraires.

La prudence est de rigueur chez Toyota après des résultats annuels record

Lors de la présentation des résultats financiers de Toyota (de gauche à droite) : Jun Nagata, communication officer ; Masahiko Maeda, chief tehnology officer ; Kenta Kon, chief financial officer et Masahiro Yamamoto, chief officer Accounting Group.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le groupe japonais a signé un bénéfice net annuel record de 2.850,1 milliards de yens (20,7 milliards d'euros), un bond de 26,9% sur un an, mais prévoit que ce profit retombe à 2.260 milliards de yens en 2022/23 (-20,7%), selon un communiqué.

Il s'attend aussi à un atterrissage brutal (-19,9%) de son bénéfice opérationnel annuel, à 2.400 milliards de yens, après que celui-ci a décollé de 36,3% à 2.995,7 milliards de yens en 2021/22.

Car Toyota prévoit une hausse "sans précédent" de ses coûts en matières premières et logistique, a-t-il expliqué dans une présentation.

"La reprise mondiale post-Covid va être un gros facteur positif, mais les prix des matières premières flambent et l'inflation dans de nombreuses régions du monde va avoir un impact" sur les consommateurs, a commenté le responsable de la communication du groupe, Jun Nagata, lors d'une conférence de presse en ligne.

Trop prudent ?
À la pénurie mondiale de semi-conducteurs et aux perturbations des chaînes d'approvisionnement - aggravées actuellement par les confinements sanitaires en Chine - s'ajoute désormais la guerre russo-ukrainienne.

La Russie est un marché relativement modeste pour Toyota, qui a suspendu depuis mars la production dans son unique usine dans le pays, à Saint-Pétersbourg, laquelle avait produit 80.000 véhicules en 2021.

Mais le conflit en Ukraine "va avoir un impact majeur" sur l'économie en général, au niveau des prix de l'énergie et des matières premières, et cela rend aussi l'évolution du marché européen extrêmement difficile à prédire, a souligné M. Nagata.

D'un autre côté, le groupe profite de la chute du yen, tombé depuis avril à ses plus bas niveaux face au dollar depuis 20 ans. Cela gonfle artificiellement ses recettes réalisées à l'étranger, même si cela renchérit aussi ses coûts de production au Japon.

Toyota a élaboré ses nouveaux objectifs annuels sur la base d'un taux de change d'un dollar pour 115 yens et d'un euro pour 130 yens, des projections conservatrices alors que la monnaie japonaise évolue actuellement à des niveaux bien plus faibles.

Le dollar évolue ainsi autour des 130 yens en ce moment, et de nombreux économistes s'attendent à ce que cette tendance perdure.

Mio Kato, fondateur de LightStream Research à Tokyo publiant sur la plateforme Smartkarma, se montrait ainsi beaucoup plus optimiste pour Toyota que le groupe lui-même.

Les prévisions de Toyota fondées sur 115 yens pour un dollar sont "dénuées de sens", a-t-il estimé. "Sur la base de 130 yens pour un dollar on arriverait à 4.000 milliards de yens de bénéfice opérationnel" en 2022/23, selon lui.

Chute du titre en Bourse
Malgré ses difficultés de production, Toyota a également généré un chiffre d'affaires record sur son exercice achevé le 31 mars, à 31.379,5 milliards de yens (228,3 milliards d'euros), une hausse de 15,3% sur un an.

Ses ventes annuelles en valeur ont notamment bondi de 17,6% en Amérique du Nord, son principal marché, de 23,4% en Europe et de 29,4% en Asie hors Japon.

Et il parie sur une nouvelle progression de 5,2% de ses ventes mondiales en valeur en 2022/23, à 33.000 milliards de yens.

En volume, il compte écouler 10,7 millions de véhicules (en incluant ses filiales Daihatsu et Hino) sur son nouvel exercice, soit 300.000 de plus qu'en 2021/22.

Il espère pouvoir produire 9,7 millions de ses véhicules Toyota et Lexus sur l'ensemble de l'exercice, contre 8,5 millions d'unités en 2021/22.

Le groupe a par ailleurs annoncé mercredi un programme de rachat de ses propres actions pour un montant de 200 milliards de yens maximum (1,4 milliard d'euros), ainsi qu'un dividende total de 52 yens par action pour l'exercice écoulé, contre 48 yens pour 2020/21.

Cependant son titre a chuté à la Bourse de Tokyo après la publication de ses résultats, les investisseurs retenant surtout le message de prudence du groupe pour son nouvel exercice.

L'action Toyota a bouclé la séance sur une perte de 4,42% à 2.082 yens, alors que l'indice Nikkei a lui légèrement progressé (+0,18%).

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

La tronche du board pour annoncer 20Miliards de resus,chez nous Luca serait venu en veste rose et des confettis partout,là on dirait un enterrement de première classe)))

Alain Boise, Le 12/05/2022 à 07:59

Zavez raison, ils parlent même à moitié dans un cercueil...
;0))
PS : remarquez que si on pouvait se marrer avec 2 gars de la Fine' japonais, ça se saurait !

Lucos , Le 12/05/2022 à 11:00

Ach l’humour Japonais!!! Citez moi un humoriste Allemand ou Japonais

Alain Boise, Le 12/05/2022 à 16:43

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 12/05/2022

Le "zéro Covid" fait plonger les ventes en Chine de 47,6% en avril

(Reuters) - Les ventes de voitures en Chine ont chuté de 47,6% sur un an en avril sur fond de fermetures d'usines, de limitations de circulation et de réduction marquée de la consommation, autant de conséquences de la politique "zéro Covid" appliquée très rigoureusement par les autorités.

Marchés

VBER : le texte définitif adopté par la Commission européenne autorise le "double prix" mais pas les plateformes hybrides

La Commission a publié mardi 10 mai le texte définitif du règlement d’exemption des accords verticaux (VBER) et les lignes directrices qui en précisent l’interprétation. Principales nouveautés par rapport à la situation actuelle : un prix de gros différent entre la vente en magasin et sur Internet, une limitation des échanges d’informations en cas de ventes directes (distribution duale), l’interdiction pour le fournisseur de gérer une plateforme internet pour le compte de son réseau. Détails de ces changements et commentaires de Joseph Vogel et Christian Bourgeon.

Réseaux

Le monde d’hier

Aujourd’hui, je vous parle de mon monde d’hier. Et de ce qu’il nous dit sur celui de demain…

CHRONIQUE

Catégorie Marchés

Djebbari écarte les accusations après l'annonce de son départ dans le privé

(Reuters) - Jean-Baptiste Djebbari, chargé des Transports dans le gouvernement sortant et dont la nomination en tant qu'administrateur de la start-up Hopium a été annoncée lundi avant même la démission de l'exécutif, a évoqué mardi un "hasard de calendrier" et assuré avoir respecté les règles pour ce départ dans le privé.

18/05/2022