Publicité
Publicité
Services - 07/09/2021

N'achetez plus, abonnez-vous : startups et constructeurs testent le Netflix de la voiture

(AFP) - "Il ne vous reste plus que l'essence à payer" : avec cette promesse, une kyrielle de startups proposent des offres d'abonnement remplaçant l'achat d'un véhicule, et les constructeurs s'y mettent aussi.

Auteur : AFP

Partager cet article

Au salon IAA de la mobilité de Munich (Allemagne), qui commence lundi, plusieurs startups proposent cette formule hybride, moins chère que le location courte durée, plus courte et flexible que le leasing.

Soit une voiture compacte à partir de 300 euros par mois pendant un an chez l'Allemand Finn.auto, avec l'assurance, l'entretien et 12.000 kilomètres inclus.

Son concurrent ViveLaCar propose une citadine à partir de 175 euros par mois, hors assurance et avec un faible kilométrage.

Pour se démarquer, la petite startup compte lancer fin 2021 à Berlin, Cologne et Stuttgart un "co-abonnement", qui permet de partager les coûts entre trois conducteurs.

Alors que l'on paie désormais un abonnement pour regarder des séries, écouter de la musique, ou avoir un smartphone à la pointe de la technologie, les générations les plus jeunes valorisent moins l'achat d'une voiture, et sont aussi plus promptes à s'engager en ligne, note le Boston Consulting Group (BCG) dans un rapport publié pour l'IAA.

Les abonnés à la voiture sont encore rares mais les offres se multiplient.

Le marché de l'abonnement et du leasing pourrait représenter 30 à 40 milliards de dollars d'ici 2030 entre l'Europe et les Etats-Unis, soit jusqu'à 15% des ventes de voitures neuves, selon le cabinet BCG.

Evidemment plus cher que l'achat sur le long terme, l'abonnement se présente comme plus simple, mais aussi plus flexible et moins risqué, permettant de changer de véhicule sans passer par la case revente. Il permet aussi de tester des véhicules innovants, comme les hybrides et électriques, sans s'engager.

De plus en plus nombreuses, les start-ups d'abonnement ont attiré plus de 700 millions de dollars en capital-risque depuis 2015, selon BCG. Aux Etats-Unis, la société Fair a notamment levé près de 500 millions de dollars en misant sur la location de véhicules d'occasion.

Les acteurs historiques du secteur, soit les loueurs classiques et les loueurs longue durée (leasing), ont flexibilisé leur offre. Le leasing, qui était jusqu'ici plébiscité par les entreprises, séduit déjà de plus en plus de particuliers.

Formule voiture + trottinette
Les constructeurs ne sont pas en reste : l'abonnement leur permet de toucher directement une nouvelle clientèle, notamment en ligne. Il leur permet aussi de garder le contrôle sur la valeur du véhicule pendant plus longtemps, en le revendant après une ou plusieurs locations.

Au mois d'août, Renault s'est renforcé dans le secteur en acquérant une startup espagnole d'abonnement.

Mobilize, la marque de mobilité de Renault, devra représenter 20 à 30% du chiffre d'affaires du groupe en 2030, sans vendre de véhicules mais en les louant selon différentes formules, souligne Jean-Christophe Labarre, son directeur de la stratégie.

Toyota compte gérer 100.000 véhicules en Europe d'ici 2023 via sa filiale de mobilité Kinto. Lynk&Co, filiale du Chinois Geely et de Volvo, mise sur le haut de gamme avec l'abonnement à un SUV hybride.

Seat, la marque espagnole du groupe Volkswagen, teste aussi en France un abonnement "Move" comprenant une voiture, un scooter et une trottinette.

"On sent qu'il y a de la demande et que c'est l'avenir", souligne Denis Vitellaro, directeur général de Leasys France. Cette filiale de mobilité du groupe Stellantis propose depuis peu des Fiat 500 et des Jeep pour un abonnement de 400 à 500 euros par mois.

"Ce sont aussi des bonnes solutions pour tous les clients en dehors des systèmes de crédit classiques : tout est payé sur la carte de crédit", souligne M. Vitellaro.

Mercedes, Cadillac ou BMW ont aussi lancé des offres avant de les mettre en pause ou de les annuler. "La plupart des constructeurs doivent encore trouver la formule gagnante", souligne le cabinet BCG.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Il y a bon business à venir sans se fatiguer !!

Durand Pierre, Le 07/09/2021 à 11:57

Bonjour Jo, avec cette formule vous allez enfin pouvoir réaliser votre rêve : rouler Mercos à nouveau, sans risque de pannes à payer, sans risque de se faire arnaquer, le coude à la portière pour épater vos voisins.
Bonne nouvelle non ?

Bruno Haas, Le 07/09/2021 à 12:14

Est-ce que je peux avoir le beurre et l'argent du beurre chez Mercos ?
Bon...je n'ai plus de voisins...on est en pavillon et séparés par les haies de verdure...et ils sont toujours partis ailleurs comme moi ... là pour l'épate c'est râpé...et pour le reste, les PHEV Mercos bouffent trop d'essence une fois la batterie vide...et leurs TdB deviennent trop bling bling et cela c'est un peu voyant !!
Je vais rester avec mon Toy pour un moment...et il aura moins de rayures sur la carrosserie faites par des jaloux !! En plus j'ai fais faire un covering...et cela résiste mieux !! Elle est noir avec un beau cuir rouge !! La vie est dure pourvu que çà dure !!
Regardez sur le Salon de Munich....il n'y a pas une bouse dite premium teutonne soit thermique, hybride, PHEV, à mois de 70000 euros et le pompon c'est le PHV Porsche à 200000 boules qui bouffe 25 L/100 km une fois la petite batterie vide...par ailleurs voiture parfaitement écolo si on ne sors pas des villes et on charge tous les soirs !!
Elle roulera électrique tous les jours !! La morale est sauve !
Question privée...Un bimoteur Beachcraft consomme combien d'essence avion ??

Durand Pierre, Le 07/09/2021 à 13:44

Réponse à votre question sur la conso d'un Beechcraft : 810 litres à l'heure. (vitesse de croisière environ 520 km/h, soit environ 150 l/100, c-à-d comme les Porsche 917 des 24H du Mans qui consommaient 100l/100.
Comme vous le savez, un de mes fils est pilote d'hélico pro aux Etats-Unis. En ce moment il vole sur l'équivalent du Dauphin (300 litres/heure et vitesse croisière de 230 km/h, soit 130l/100) et sur le Bell 429 (V croisière 280 km/h, conso ~300 l/h pour la modique somme de 4M€ neuf ; mais on en trouve d'ocaz !)
Une autre dimension.

Bruno Haas, Le 07/09/2021 à 14:06

Merci pour l’info… mieux vaut zapper la Bugatti et passer direct à l’avion et en plus il y a plus de places et donc moins d’essence par passager !!
Le derniers litres d’essence sur terre seront pour les avions… et c’est logique !!
Aller expliquer cela aux écolos… ce sont des baudets ignorants !!

Durand Pierre, Le 07/09/2021 à 17:25

Ultime blague à faire à un écolo est la suivante:
Il est sur la table d’opérations et le chirurgien lui dit: nous avons supprimé le générateur diesel de secours pour cause de pollution !
Nous pouvons faire une prière pour vous avant de commencer !!

Durand Pierre, Le 07/09/2021 à 17:31

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 07/09/2021

Volkswagen assume le rythme de sa transition électrique "compliquée"

(AFP) - Le patron de Volkswagen, Herbert Diess, a jugé lundi "impossible" d'accélérer davantage la transition électrique engagée par le géant de l'automobile, regrettant, dans un entretien à l'AFP, que le gouvernement allemand ait freiné cette évolution en maintenant les subventions pour le diesel.

Salons

Renault fait le pari radical d’une Mégane en 100% électrique dès 2022

Pionnier sur l’électrique il y a 10 ans avec la Zoe, Renault passe un nouveau cap avec la Megane E-Tech 100% électrique développée sur la nouvelle plateforme dédiée du groupe Renault commune avec l’Alliance. Présentée en première mondiale à Munich, la Mégane E-Tech doit mettre Renault en tête sur le segment C des véhicules électriques.

Constructeurs

Catégorie Services

Emil Frey France et Arval créent Autosphere Lease

Le loueur Arval va travailler en marque blanche pour le groupe Emil Frey France qui prévoit de lancer son offre de LLD Autosphere Lease en février 2022. Les deux partenaires vont également étudier les synergies possibles sur le VO (achat, vente et reconditionnement) et l’après-vente.

11/10/2021