Publicité
Publicité
Constructeurs - 10/11/2022 - #Renault , #Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi , #Mitsubishi , #Nissan

Nissan relève ses objectifs et reste discret sur ses négociations avec Renault

Par AFP

(AFP) - Nissan a relevé mercredi ses prévisions de résultats annuels, grâce notamment à des effets de change positifs liés à la dégringolade du yen, tout en restant peu loquace sur ses intenses négociations avec Renault concernant la refonte de leur alliance.

Le constructeur automobile japonais table désormais sur un bénéfice net de 155 milliards de yens (1 milliard d'euros au cours actuel) à l'issue de son exercice 2022/23 qui s'achèvera fin mars prochain, contre 150 milliards de yens précédemment, selon un communiqué.

Cette prévision a été ainsi très légèrement relevée, tout en intégrant une charge exceptionnelle d'environ 100 milliards de yens liée au retrait de Nissan du marché russe, annoncé en octobre.

Près d'un quart de cette charge exceptionnelle a déjà été incluse sur son deuxième trimestre (juillet-septembre), causant une chute de 67,8% sur un an de son bénéfice net sur la période, à 17,4 milliards de yens (118,6 millions d'euros).

Le bénéfice opérationnel trimestriel de Nissan a en revanche nettement progressé (+44,6% à 91,7 milliards de yens), tout comme son chiffre d'affaires (+30,2% à 2.524,9 milliards de yens, soit 17,2 milliards d'euros).

Nissan table dorénavant sur un bénéfice opérationnel de 360 milliards de yens sur l'ensemble de l'exercice, contre 250 milliards de yens précédemment, et a porté son objectif annuel de chiffre d'affaires à 10.900 milliards de yens (68,1 milliards d'euros), soit 900 milliards de yens de plus que sa précédente prévision.

Discussions "constructives" avec Renault

Anticipant que la pénurie de semi-conducteurs continue de perturber sa production sur son second semestre, Nissan a révisé en baisse son objectif annuel de ventes mondiales en volume à 3,7 millions de véhicules, contre 4 millions auparavant.

Mais la chute du yen et la capacité de Nissan à augmenter ses prix de vente devraient plus que compenser ce déclin en volume et l'augmentation de ses coûts en matières premières.

Son directeur général Makoto Uchida est resté évasif sur les négociations concernant la refonte de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors dans le sillage de la vaste réorganisation des opérations du constructeur français.

"Nous menons des discussions ouvertes et constructives pour déterminer sous quelle forme notre alliance profiterait au mieux à chacun de ses membres", a déclaré mercredi M. Uchida lors d'une conférence de presse en ligne.

Renault a confirmé mardi qu'il allait créer une filiale électrique, Ampere, mais la part que prendrait Nissan dans cette nouvelle société devant être cotée en Bourse reste encore indéterminée.

"Nous étudions comment cette entreprise pourrait bénéficier à Nissan et comment nous devrions y participer", a commenté M. Uchida.

Le fabricant américain de puces électroniques Qualcomm, fournisseur de Renault, s'est lui déjà positionné pour prendre une petite part d'Ampere.

L'intérêt d'un tel acteur du monde de la tech est "positif" pour la valorisation future de cette société, "mais la question c'est de savoir comment la propriété intellectuelle va être traitée avec de tels actionnaires, qui vont être au coeur des technologies de la voiture électrique de demain", a souligné mercredi auprès de l'AFP une source proche de Nissan.

Nissan "a vraiment envie de clarifier" ce point sensible avant de s'engager, selon cette source.

Participations croisées à revoir

En parallèle, le rééquilibrage de l'alliance capitalistique entre Renault et Nissan, un souhait de longue date du groupe nippon, reste aussi au menu des discussions qui devraient encore prendre "quelques semaines" pour aboutir, selon la même source.

Le constructeur français possède actuellement quelque 43% de son partenaire nippon, lequel ne détient que 15% de Renault et aucun droit de vote.

Un rééquilibrage serait "positif" pour Nissan "car cela améliorerait son degré de liberté dans sa prise de décision", a estimé Tatsuo Yoshida, analyste automobile chez Bloomberg Intelligence interrogé par l'AFP.

Investir dans Ampere serait également utile pour Nissan, car s'il a lui-même beaucoup de technologies électriques, la recherche-développement dans ce secteur "coûte très cher, et donc il est nécessaire de partager ce fardeau", a relevé cet analyste.

Les discussions entre Renault et Nissan sont "complexes" mais tous deux veulent "continuer ensemble", a assuré le directeur général du groupe français Luca de Meo dans un entretien diffusé mercredi sur l'antenne de BFM Business.

Réactions

Voilà pourquoi l’action Rino boit la tasse depuis trois jours ((((

"Ils naviguaient Ampère peinard, sur la grande mare des canards.."
;0))

Hé l'AFP, faut arrêter avec les Yen, ça ne me parle pas un instant tous ces milliards.
Tout en $ et ça sera plus clair.

"Nous menons des discussions ouvertes et constructives pour déterminer sous quelle forme notre alliance profiterait au mieux à chacun de ses membres"

Traduction :
"Nous menons des discussions fermées et destructrices pour en finir définitivement avec cette p....n d'alliance qui nuit gravement à la santé de Nissan"

N’empêche que le nouveau VE Nissan Arya… est autre chose que les charrettes de Renault … design, intérieur, finition, taille de batterie et finalement prix !!
Cela va faire un carton mondial… et on la verra aux States !
A propos Tesla est obligé de casser les prix, bien fait pour leur gueule !!
Dans une interview il a dit en rigolant qu’il était un extraterrestre !!

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Constructeurs

Honda revoit ses prévisions à la hausse

(AFP) - Le deuxième constructeur automobile japonais, Honda, a révisé en hausse mercredi ses prévisions annuelles malgré les perturbations dans sa production de voitures, tablant sur la chute persistante du yen et une hausse de ses ventes de deux-roues en Asie.

Services

Bornes en copropriété : le point sur les aides en cours et à venir

Le déploiement des bornes en copropriété est assuré actuellement presque exclusivement par des opérateurs comme Zeplug qui fournissent des solutions clés en main payées par abonnement. La prise en charge par Enedis de l’installation d'une colonne horizontale, sans frais pour la copropriété, pourrait changer la donne.

Constructeurs

Capital Market Day de Renault : pourquoi la Bourse n’a pas apprécié

L’annonce de la nouvelle organisation de Renault s’est accompagnée de la promesse d’atteindre des niveaux de rentabilité inédits avec une marge opérationnelle à plus de 10% en 2030. La promesse également de niveaux de free cash-flow jamais atteints et aussi le versement d’un dividende dès 2023. Pourtant, l’action a perdu 7% en deux jours.

Analyse

Gueule de bois

Aujourd’hui, je vous parle d’automobile populaire européenne et de lendemains qui déchantent…

Constructeurs - 24/11/2022

Pièces de rechange Renault et PSA : quand Mediapart dénonçait une fraude qui n’existait pas…

Dans un article publié en mai 2018 et largement relayé par de "grands médias", Mediapart dénonçait des hausses de tarifs "en violation des règles de la concurrence" des pièces de carrosserie de Renault et PSA. Le quotidien relayait en réalité une action en justice dans laquelle la cour d’appel de Paris vient de conclure qu’aucune violation des règles n’avait été démontrée…

Constructeurs - 23/11/2022

Pierre-Paul Mattei, responsable design Peugeot 408 : "Pousser le curseur loin sans oublier qu’une Peugeot doit avoir de l’allure et rester élégante"

Peugeot organisait hier en avant-première pour les journalistes du jury Car of the Year, les essais de la nouvelle 408 dont les premières livraisons sont prévues en mars 2023. Nous y avons rencontré le responsable design de la voiture, Pierre-Paul Mattei, qui nous explique les spécificités et les défis de cette nouvelle silhouette positionnée entre une berline et un SUV. Cette Peugeot 408 s’inscrit dans le même programme que les 308 et 308 SW avec qui elle partage de nombreux composants.

Constructeurs - 22/11/2022

Horse, Ampere et autres entités : quelles conséquences pour les salariés français du groupe Renault

Les conséquences sociales de la stratégie annoncée par Luca de Meo lors du Capital Market Day du 8 novembre dernier seront détaillées aux organisations syndicales lors d’un comité central social et économique (CCSE) le 2 décembre prochain. La répartition des salariés dans plusieurs entités dont deux nouvelles, Horse et Ampere, intervient au moment où se négocie avec les syndicats l'application de la nouvelle convention collective de la métallurgie ainsi que l’ensemble des droits "maison". Cela fait beaucoup de changements…