Publicité
Publicité
Analyse - 27/05/2021

Old new world

C’est d’une catégorie d’automobiles à l’étymologie inspirée d’un mode de transport totalement obsolète dont il est aujourd’hui question. Avant sans doute qu’elle ne soit elle-même dépassée.

Old new world

Honda Accord: La gagnante du comparatif de MotorTrend, avec son petit 1.5 Turbo

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Les dignitaires de l’Egypte Antique ou de la Dynastie Han en Chine se faisaient volontiers transporter à bras d’hommes, lorsqu’ils apparaissaient en public. Et si l’on en croit Abraracourcix trimballant sa surcharge pondérale bedonnante sur un bouclier soutenu par deux gaillards shootés à la potion magique, les chefs gaulois aussi. Certes, la rigueur historique oblige à reconnaître que cette coutume fut introduite trois ou quatre siècles plus tard par les Francs, mais peu importe. Ce qui en ressort, c’est que les puissants de ces mondes-là avaient déjà recours à la force musculaire de plébéiens congénères pour assurer leur mobilité individuelle.

Mais en ces temps-là, il s’agissait surtout de défiler à l’occasion de cérémonies ou autres processions religieuses. Rien à voir donc avec l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles qui en avait érigé le principe en véritable moyen de locomotion urbain, grâce aux chaises à porteurs. Du moins pour ceux qui, suffisamment bien nés, disposaient des ressources leur permettant de protéger leur perruque des intempéries et leurs délicats souliers des boues citadines enrichies aux déjections équines.

Rapporté des Indes et d’Amérique Latine par les conquistadores, l’idée transita d’abord par l’Espagne, avant des gagner les villes du Vieux Continent. Il y en eu donc bientôt de toutes sortes, du palanquin d’inspiration asiatique, aux vinaigrettes pourvues de roue et d’une suspension rustique, en passant par de luxueux modèles qu’on décorait des armoiries de leur propriétaire, ou celles qu’on louait pour six pences le trajet dans les rues étroites de Londres. Et c’est justement outre-Manche, qu’on les désigna comme "sedans".

J’ai longtemps cru qu’appliqué à l’automobile, le vocable était apparu dans les Ardennes. Quoi de plus logique après tout, dans un univers où la berline vient de Berlin et la Limousine du Limousin qu’un sedan trouve son origine dans la ville du même nom ? Eh bien c’est raté, puisque Sedan n’est en l’espèce pas éponyme, et que les voitures ainsi désignées possèdent en fait une parenté étymologique avec les fameuses chaises mobiles. Ces dernières doivent leur appellation à un dialecte du sud de l’Italie, puisqu’elles arrivaient semble-t-il de Naples, où sede signifiait alors "chaise", mot lui-même issu du verbe latin sedere, autrement dit "s’assoir". Mais l’ironie veut qu’après l‘avoir inventé, les Anglais ont abandonné l’usage du mot aux Américains (au sens large, de l’Alaska à la Terre de feu), ainsi qu’aux Australiens, lui préférant le terme de saloon pour leurs propres voitures. 

Le premier usage répertorié de sedan dans le vocabulaire automobile remonte à 1912, quand il fut employé pour vanter les mérites des modèles Four et Six alors construits par Studebaker, dont les carrosseries ne ressemblaient d’ailleurs en rien à l’idée qu’on se fait du concept de nos jours. A l’origine, un Sedan c’est une berline, autrement dit une "conduite intérieure" (donc une voiture fermée), pourvue de quatre portes latérales et autant de glaces. Mais allez savoir pourquoi, le mot s’est spécialisé dans le temps pour ne plus désigner que les berlines dites "tricorps", autrement dit celles dont la silhouette affiche trois volumes distincts pour le moteur, l’habitacle et le coffre à bagages. On parle encore de notchback, c’est-à-dire "encoche", par référence au dessin en créneau de l’arrière vu de profil, et par opposition au Hatchback dont la poupe emmène un hayon, c’est à dire une porte.

L’automobile n’est pas née sedan, mais découverte. Et même après avoir adopté un toit en dur, il lui fallut encore se faire la malle en l’intégrant pour devenir enfin tricorps, privant au passage Vuitton et consorts d’une partie de leurs revenus. Quoiqu’il en soit ce type de silhouette devint l’archétype de l’automobile, comme en témoignent les dessins d’enfants d’antan à qui on demandait "s’il te plaît, dessine-moi une voiture", et qui ne manquaient alors jamais de crayonner une berline en trois volumes. Je mets tout ça au passé, parce qu’il est probable que de nos jours, le chef d’œuvre de votre rejeton ressemble plutôt à une boîte sur roues, avec tous les SUVs qu’on a.

C’est en lisant l’édition du joli mois de mai de MotorTrend que m’est venue l’idée de cette chronique. Le célèbre magazine américain y fait sa couv sur un comparatif opposant 7 sedans mid-size en titrant : "Vous détestez les SUVS ? Les Américains achètent encore un million de sedans familiaux par an." Un titre qui paraît rétrospectivement bien optimiste en découvrant le contenu du reportage, où l’on apprend que des modèles de la catégorie, seule la Toyota Camry figure dans le Top10 des autos les plus vendues dans le pays, très exactement en 6e position, avec tout de même 294.350 unités. Et c’est à la 17e place du classement qu’il faut descendre pour trouver trace de sa deuxième représentante, l’Accord et ses 199.460 bons de commande (sérieusement Honda, le push de fin d’année n’a pas permis d’en vendre 540 de plus ?).

Or, si la domination des pick-up (pas très loin des deux millions d’unités pour les trois modèles monopolisant le podium) et autres SUVs ne constitue pas une nouveauté, on mesure tout de même la perte d’influence des voitures basses à constater qu’il y a à peine 10 ans, 4 d’entre elles figuraient encore dans les dix premières. Pour revenir à notre essai, aux Camry et Accord qui ont bien sûr été conviés à la party, sont comparées les Hyundai Sonata, Kia K5, Mazda 6, Nissan Altima et Subaru Legacy.

Attendez, il n’y pas un truc qui vous choque là ? 
Pas une seule représentante de l’industrie nationale ! Chevrolet devait bien avoir une Malibu prenant la poussière dans son parc presse, mais il se trouve que la neuvième du nom ne sera pas renouvelée après le Model Year 2023 (soit l’année prochaine). Quant à la Buick Regal, sa cousine germaine puisqu’elle était fabriqué sur les chaînes de Rüsselsheim aux côtés de l’Opel Insignia qui faisait aussi partie de la famille, elle a rendu le tablier avant terme, les derniers exemplaires en ayant été livrés l’année dernière. Pas mieux chez Ford qui a d’ores et déjà annoncé la fin programmée des Fusion et Mondeo et autres voitures basses, pour se consacrer entièrement aux trucks, autrement dit pick-up et SUVs. Et pour ce qui est de Chrysler, la marque au pentastar n’a même pas laissé à sa 200 l’opportunité d’aller au bout de son cycle produit, la sacrifiant au bout de 3 ans à peine. 

Reste Dodge, dont la Charger possède les mensurations adéquates, mais qui joue clairement dans une autre catégorie avec ses motorisations démoniaques affichant jusqu’à 808 ch dans sa version SRT Hellcat Redeye. Comme on a dit Family sedan, pas muscle-car, il nous faudra donc composer avec des modèles d’origine asiatique. Quoique, la nationalité des voitures est une notion devenue toute relative à l’heure où la pénurie de composants électroniques venus de Chine sévit partout sur la planète. Surtout qu’à part la Mazda 6, toutes les voitures mentionnées sont industrialisées localement, histoire de préserver l’emploi sur les terres de l’Oncle Sam. Voilà qui nous rappelle à certains égards les commentaires récents sur une Yaris fabriquée à Valenciennes, alors que Clio et 208 nous sont acheminées depuis la Turquie et la Slovaquie.

Si vous ne lisez pas régulièrement la presse spécialisée américaine (vous devriez, c’est une façon très sympa de maintenir son niveau d’english) les noms jusqu’ici mentionnés vous causeront sans doute plus ou moins, puisque les modèles en question ne sont pas légion dans nos contrées. Pour apercevoir une Camry, mieux vaut par exemple trainer du côté de Vaucresson où Toyota France tient son siège. Et encore, pas sûr que vous la remarquiez. A l’inverse, vous ne manqueriez pas de repérer une Mazda 6 si elle s’arrêtait à côté de vous au feu, tant celle-ci se montre encore élégante après huit ans d’existence. Gageons que la prochaine, dont l’annonce pour 2022 a pris tout le monde par surprise, sera aussi jolie, d’autant plus qu’elle sera pourvue d’un V6.

Pour les autres, vous repasserez, à moins de faire un peu d’archéologie. Il n’est certes pas besoin de remonter si loin s’agissant de l’Accord, à laquelle Honda a mis fin en 2018 en Europe. On ne pourra d’ailleurs pas accuser la marque de n’avoir pas essayé, puisque les Japonais sont allés jusqu’à la fabriquer dans l’UE, à l’époque où les grands Bretons en faisaient encore partie. Disponible depuis la 4e génération en 1998, la Hyundai Sonata a terminé son tour européen comme I40 avant de tirer sa révérence, alors que la Kia K5 est en fait une Optima que nous avons également connue durant 10 ans comme Magentis. Quant à la Subaru Legacy, elle ne parlera guère qu’aux amateurs de rallye du début des années 90, qui devaient bien être les seuls à reconnaitre dans la rue celle qui fut vendue chez nous jusqu’à l’extinction de la 4e génération en 2009, tant le dessin de l’engin était discret.

Vous l’avez donc compris, ces sedan-là se tiennent bien loin de la Meuse, et sont plutôt réservés au marché US, du moins tant qu’ils n’auront pas définitivement disparu. Enfin, si comme moi, vous appréciez le charme discret d’une certaine expression classique et -n’ayant pas peur du mot- bourgeoise de l’automobile, alors ne boudons pas notre plaisir, et penchons-nous plutôt sur la fiche des specs, particulièrement à la ligne drivetrain, qui témoigne d’une espèce de querelle des anciens et des modernes. Malgré la disponibilité d’une version hybride, la Camry représente indubitablement le côté "old school", avec son moteur 4 cylindres 2,5 litres atmosphérique développant 188 ch. Deux litre cinq ! Je connais un ministre de l’économie qu’un tel chiffre ferait s’étrangler, lui qui se fendait fin 2019 d’une charge à l’encontre des "grosses cylindrées" dans un pays où à peine 4% des voitures vendues neuves dépassent les deux litres. Et Toyota n’est pas la seule, puisque Nissan et Subaru proposent également des mécaniques de ce gabarit.

Mais que dirait notre Bruno national à l’évocation du V6 3.5 que Toyota est encore le seul constructeur à offrir dans le segment, et de ses 300 généreux chevaux pris en charge par une boîte automatique 8 rapports ? Pourtant, presque tous les modèles de la catégorie en proposaient un il y a à peine quelques années, y compris Honda qui a opéré un sérieux changement d’école de pensée en la matière, au passage de la 9e à la 10e génération de l’Accord.

Si l’itération antérieure disposait encore de blocs 2.0, 2.4 et V6 3.5, la nouvelle s’affiche aujourd’hui avec le plus petit berlingot de la catégorie, "cubant" 1.5l, mais développant tout de même 192 ch par la magie du turbocompresseur. Quant à la motorisation "haute", elle se contente de 2.0 (mais suralimentés), là où démarrait l’ancienne gamme. Parmi les disciples de la Honda, on compte les coréennes avec leur 1.6 de 180 ch pour la Kia, et 201 pour la Hyundai, qui a droit à l’injection directe.

Au-delà du conflit générationnel, on remarque aussi la diversité des solutions proposées, avec des blocs de « forte » cylindrée et ceux passés au downsizing, atmo ou turbo, hybridés ou pas (encore), bénéficiant ou non de l’injection directe d’essence. On fait même dans le bizarre avec le moteur boxer de la Subaru, et celui à cylindrée variable de Nissan, délivrant 236 ch en collaboration avec un turbo et une injection directe. Voilà qui nous change des sempiternels comparatifs de petits 3 cylindres turbo, même si ça pourrait ne pas durer.

Signe des temps, ce ne sont en effet plus les sedans qui font l’actualité, mais le F150 Lightning. Et pour une fois, reconnaissons que le recyclage d’une appellation thermique au profit d’un électrique se révèle particulièrement judicieux. Modèle le plus vendu aux Etats-Unis avec pas moins de 787.500 exemplaires en 2020 (malgré une baisse de 12% par rapport à l’année antérieure), le pick-up full size préféré des Américains depuis 44 ans passe donc à l’alimentation au jus de batteries, qui ne seront pas de trop pour énergiser les deux moteurs totalisant 426 ou 653 ch (suivant la version). Bon, pas sûr que je fasse confiance au bestiau pour aller taquiner le saumon en pleine nature loin de toute borne de recharge, malgré ses jusqu’à 300 miles d’autonomie. 

Mais je caricature, et il y a fort à parier que rares sont les pick-up qui jouent véritablement les aventuriers. Bertrand Rakoto, envoyé permanent d’Autoactu,com à Detroit, vous expliquera d’ailleurs que le F150 -y compris thermique- constitue une excellente familiale pour emmener les petits à l’école, plus selon lui que sa Charger qu’il juge un peu étriquée pour cet usage, malgré ses 198,4 inches de longueur  (5,04 m). Moi je crois surtout que Bertrand est à jamais perdu pour la mère-patrie.

Au fait, c’est l’Accord qui a gagné le comparatif de MotorTrend. Eh oui, celle avec le petit moteur, qui n’a d’ailleurs pas été pour rien dans le classement final.
Tout n’est décidément plus comme avant dans ce bon vieux nouveau monde.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Pour sedan... ça ne vient pas d’un dialecte du sud de l’Italie mais directement du latin.
Par exemple en Italie sedere veut dire fesse, postérieur, s’assoir...
Voilà pour la précision

Thomas Garreau, Le 27/05/2021 à 07:08

Merci pour la précision
... l'origine du terme semblait pourtant bien retracée par Jean Philippe Thery, y compris concernant sa racine latine ...une racine partagée à l'évidence avec le terme "Sédentarité"..qui désigne lapidairement une "activité beaucoup très assise" ... "trop" selon les recommandations de l'OMS, mais c'est une autre histoire
Pas de quoi s'edanter ....(?)
;0)

Ade Airix, Le 27/05/2021 à 08:15

Sur le thème "old new world"
j'avoue une nette préférence pour les "saloon cars" britanniques à l'instar des "sedan" asiatiques (Subaru wrx et Lancer Mitsu du même métal exceptés...). Rien à voir avec le frelon ...!
;0)

Ade Airix, Le 27/05/2021 à 08:33

Et pourtant la Toyota Camry en hybride fait les beaux jours des taxis et vtc depuis plus d’un an , sur Paris.

Jean-Bernard Bosselut, Le 27/05/2021 à 08:38

Oui les raisons pour lesquelles la Toyota Camry en hybride a conquis le "coeur" des taxis parisiens ont largement été développées sur ce site ...pour y revenir ...
En revanche, ce serait assez étonnant que les animateurs de la marque DS aillent à la rencontre de ce marché pour proposer la prochaine DS9 électrifiée (bientôt disponible chez les meilleurs "disquaires") ...
;0)

Ade Airix, Le 27/05/2021 à 08:58

Les Sedan sont une race en voie disparition en Europe comme aux US et la prépondérance des marques asiatiques sur ce segment vient de l'image de voiture de luxe de celles-ci, copies d'allemandes classiques, toujours bien vivante sur ce continent. Il y a un décalage évident. Raison pour laquelle il est toujours impossible de créer LA voiture mondiale pour l'instant.
Concernant la Camry, je ne savais même pas qu'elle se vendait en France.
;0)

Lucos , Le 27/05/2021 à 09:10

Psst le prochain article sur les Landaulets ?
;0))

Lucos , Le 27/05/2021 à 09:12

Sur ce thème, comme pourrait le dire un contributeur : "à Annecy on hésite entre le runabout et le skiff" (?) ... En Bretagne, çà penche nettement en faveur de la berlinette voire du "coach"
;0))

Ade Airix, Le 27/05/2021 à 09:36

Runabout qui était aussi un type automobile, plutôt british..
;0)

Lucos , Le 27/05/2021 à 10:47

Double argument donc ...
;0)

Ade Airix, Le 27/05/2021 à 11:21

En effet on voit à Paris de plus de Toyota Camry en taxi ....et des berlines Lexus IS du même tonneau. Beaucoup de taximan ont compris comment gagner de l'argent rapidement avec la fiabilité Toyota !!
Dans une concession du nord de Paris...il y en a toujours une en expo full options qu'on peut avoir à un prix cassé...et qui enterre toutes les caisses à savon SUV Pijot (pire encore en diesel et équipement banal) et consorts à des prix proche des 39000 euros !!
Nous pouvons maintenant trouver en occase beaucoup de Pijot 508 (elles sont très plaisantes à regarder) avec très peu de km aux alentours de 20000 euros. La berline n'est pas morte en France.
Toy reste imbattable quand même et il y a de tout comme à la Samaritaine !!.
Pour le reste....et pour tout ce qui ce passe aux States...tout est vrai et bien vu !! Bravo.
Ceci dit beaucoup de working poor roulent vieilles Honda Accord et VW Passat...et les Prius dans les grandes villes c'est comme des champignons après la pluie.
Des moitiés pauvres peuvent avoir un simple Pick-Up neuf à partir de 24000 euros !!
J'ai fait plus de 5000 miles aux US avec une Nissan Altima loué pour des clopinettes chez Alamo !! Attention, ne jamais louer sans le tout risques et supplément payable sur place (un petit cailloux sur le parebrises ou une rayure et c'est 950 dollars de franchise qui partent en fumée) !! Des économies entre 5 et 8 dollars par jour qui peuvent devenir chers !!
Un avantage encore plus "avantageuse" ...griller les filles d'attente, juste en déposant la clé sur le comptoir !!
Les States c'est "easy life" si on ne fait pas des écarts de conduite et si on paye ses factures !!
Pour de la vrai "easy life" il vaut mieux avoir un petit quart de million sur son compte courant !!
Allez soyez pas tristes si vous n'êtes pas dans la case. ...avec 100000 dollars de moyenne annuel sur votre compte vous êtes un pauvre qui peut sourire de temps en temps !
Sortez pas trop votre carte de crédit pour faire des folies...beaucoup de TEG sur les cartes sont à 35% !! Pour les problèmes de santé c'est une autre affaire !

Ahh !!... Damned and zut... encore le "Guide du Routard" dès le matin !!

Durand Pierre, Le 27/05/2021 à 11:29

Beaucoup de similitudes et d'inspiration entre les "canots automobiles" et les bagnoles.

Définition Wikipedia de Runabout :
Un runabout (de l'anglais « running about », ou « courir partout ») est un véhicule léger découvert, destiné à être tracté par un cheval pour les usages quotidiens comme les courses ou la promenade et pouvant être conduit par une personne seule.
Le nom a été réemployé aussi bien dans le domaine hippomobile d'abord puis en automobile, certains canots à moteur et pour des motocyclettes.

Les Américains dénomment aussi ces bateaux "daycruiser".

Bruno Haas, Le 27/05/2021 à 11:29

La fièvre des moteurs diesel hybrides commence à sévir...sur des barcasses de ce genre...et aussi sur des yachts !!
N'achetez plus de voitures de sport thermiques ...mais un cata et des vélos ! Vous êtes petit riche...payez-vous un cata "Neel" !!
Je vois déjà les spécialistes me dire: "ce n'est pas un cata...et ce n'est pas pour foutre sur un lac !!" Si, si ...c'est confort total été comme hiver !! Salon de pont avec timonerie abritée...le rêve pour le feignant qui vomi le monocoque !
Les yachts en occase c'est comme les grandes surfaces à Paris dans le 16ème...plus elles sont grandes moins cela coute cher en proportion !
C'est quoi comme "Guide du..." qu'il faut ??

Durand Pierre, Le 27/05/2021 à 12:29

Un cata ? Quelle cata !
Vive le monocoque !
Rien de plus beau qu'un Dragon, un Star, un Soling, un Requin, un Flying Fifteen, etc. etc.
Un cata... je reconnais bien là les goûts d'un possesseur de déplaçoir à bretelles.

Bruno Haas, Le 27/05/2021 à 12:37

Hi, hi...on est pas du même monde !! Sur le Lac de Genève ce n'est pas les cata qui manquent !!
J'ai été vachement vacciné lors d'une traversée du Golf de Gascogne sur un monocoque de 18 m !! Plus jamais de la vie ...double vomi et pas de double vaccin.
Avant d'arriver à Lisbonne...j'ai débarqué à La Coruna !!
Ils ce sont amusés au large du Portugal....et certains ont eu le froc mouillé et pas qu'avec de l'eau de mer seulement !!
Bon, un monocoque de 30m minimum avec équipage et stabilisateurs...en sirotant dans le salon de pont ...je ne dis pas !!

Durand Pierre, Le 27/05/2021 à 13:12

Une chose est certaine : nous ne sommes effectivement pas du même monde.

Bruno Haas, Le 27/05/2021 à 13:43

Faudrait déjà qu'il ait un Solex, symbole ultime du Runabout...
;0))

Lucos , Le 27/05/2021 à 14:36

… Côté application automobile contemporaine reliée à une carrosserie "Runabout" (sans toit ni portes ni pare brise, tout au plus un saute vent) il faudra que Jean Philippe puise dans sa documentation (?) … Y a bien les produits dérivés de la Super Seven … Comme çà, à part, récemment, le concept de "buggy élec de VW, je ne vois pas grand chose … Ah les stridences métalliques du buggy de Thomas Crown dote du six pattes Corvair … Rhââ Lovely, comme dirait ...
;0))

Ade Airix, Le 27/05/2021 à 18:17

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 27/05/2021

Ford mise encore plus gros sur les véhicules électriques

(AFP) - Le constructeur automobile américain Ford, suivant la tendance engagée par d'autres géants du secteur, prévoit d'accélérer ses investissements dédiés aux véhicules électriques et s'attend à ce que 40% de ses véhicules vendus dans le monde en 2030 fonctionnent sans essence ou gazole.

Constructeurs

Catégorie Analyse

Euh-lectrique

C’est d’un célèbre agent secret dont je vous parle aujourd’hui, qui perdrait sans doute son latin à conduire les voitures de demain ressemblant à celle d’hier. A moins que ce ne soit l’inverse.

29/07/2021

Un réseau, ça sert d’abord à ajuster son pricing

L’étude très novatrice que le CNPA a fait faire à TCG permet de progresser notoirement dans la clarté des débats sur la distribution de VN et son coût. Elle continue toutefois de conférer à la fiction qu’est le "prix catalogue" une importance centrale. En remettant celle-ci en question, on peut effectuer un pas supplémentaire dans cette voie de la clarification et mettre le doigt sur le travail commercial réalisé par les réseaux et son coût pour les constructeurs et les clients : face à des produits toujours plus chers pour lesquels les clients ont des consentements à payer très en deçà des prix catalogues et très hétérogènes, il faut aller chercher les clients qui ne souscrivent pas spontanément à l’offre constructeur et ajuster les prix. Le réseau est dans cette fonction difficilement remplaçable.

26/07/2021

Dépassées, les bornes ?

C’est un sujet à haute tension que j’évoque aujourd’hui, où je me demande comment ceux qui ont en charge de promouvoir la voiture électrique comptent s’y prendre avec des bornes de recharge à image négative.

22/07/2021

Le grand chantier de l’organisation de la distribution automobile

Bien que demeurant importants, les débats sur le régime légal applicable à la distribution ont, depuis 2010, perdu en acuité. Si tel est le cas, c’est, pour l’essentiel, parce que "la messe a alors été dite" : le fait d’être passé sous le régime général a clarifié techniquement le débat juridique et a correspondu à une espèce "d’épuration technique" du dossier qui ne pose désormais plus que des questions d’efficience concurrentielle et s’abstient de chercher à préserver l’intérêt des parties. L’actuel débat confirme ces tendances et les renforce face au dossier numérique en particulier : peu contraints légalement, les constructeurs vont devoir se montrer adroits et imaginatifs face à des évolutions d’importance.

19/07/2021

Signaux de fumée

C’est à un sujet pour le moins opaque auquel je fais allusion aujourd’hui, dont les vraies victimes ne sont pas forcément ceux qui ont jeté un rideau de fumée sur l’industrie automobile.

15/07/2021

La France doit négocier sa place dans la nouvelle Europe de l’automobile

Mis au pied du mûr par une espèce de surenchère politique dans les exigences de décarbonation que l’on fait peser sur eux, les acteurs de la filière demandent paradoxalement à la fois défiscalisation et baisse des charges et soutiens publics massifs. Dans la mesure où cette demande est adressée en France comme ailleurs, l’Europe du véhicule électrique ne rompt guère avec son logiciel dominant qui est celui de la mise en concurrence des sites et des pays. A ce jeu, jusqu’alors, la France de l’automobile a beaucoup perdu et on peut espérer que, conscient qu’il s’agit là d’une impasse, le gouvernement profite de l’occasion pour proposer une autre Europe de l’automobile, un autre positionnement de la France en son sein et in fine un autre deal à nos deux constructeurs.

12/07/2021