Analyse - 01/10/2020

Une certaine déZeption

Une chronique à lire sans zézayer mais en zigzagant à loisir, puisqu’il y est question de phonétique et d’une voiture de sport qui a le grand mérite d’exister, même si elle m’a un peu déçu.

Une certaine déZeption

Nissan Z Proto : un peu Zarbi ce jaune, non ?

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partagez cet article     

On l’a échappé belle.
Sans les Grecs, on se serait retrouvés avec un alphabet à 25 lettres, par la faute d’un rhotacisme. Allons, ne me dites pas que vous ne connaissez pas ce type de modification phonétique qu’on rencontre régulièrement dans la langue latine ! Lorsqu’ils ont récupéré des Hellènes la sixième lettre de leur alphabet, les Romains se sont en effet empressés de s’en débarrasser, puisque celle-ci faisait double emploi avec le "R". Mais les langues dites mortes ayant tout de même vécu avant de devenir anciennes, nos ancêtres -pas-gaulois- finirent par récupérer le "Z" -puisque c’est de lui dont il s’agit- vers le premier siècle avant JC, lorsque certains mots issus du grec ancien revinrent à la mode. Et comme ils ne savaient pas trop où le ranger, ils l’ont mis en bout de liste.  

En automobile aussi, avoir des lettres c’est important. Je suis bien placé pour en parler, moi qui ai acheté en première voiture neuve une Renault Clio "S". Sans le monogramme mono-lettré, j’aurais en effet été privé de boite courte, de barre anti-roulis à gros diamètre, de sièges baquets et volant trois branches, équipements qui transformaient sérieusement l’expérience de conduite de la petite citadine, ou l’idée que je m’en faisais. Comme fait exprès, c’est ensuite en Lancia Bêta -mais pas tant que ça- que je me déplaçais un temps au quotidien. Et dans ces vies que je n’ai pas encore eues, je roule dans les Béhèmes que j’M, avec gros moteur et logos "Motorsport".

Mais s’agissant du Z, ce sont des gens préférant les idéogrammes à l’alphabet qui en ont fait la gloire, même si tout commença d’abord par une jolie Dame de chez Datsun. Enfin, pas tant que ça pour la toute première produite en 1959 à quelques centaines d’exemplaires à peine, dont le look aurait pu inciter Oui-Oui à l’adopter comme voiture de fonction. Rien à voir avec la sobre élégance de celle qui suivit en 1962, parfois qualifiée à tort de "MG B japonaise" puisqu’elle précéda en fait sa concurrente britannique de plusieurs mois, dont elle avait le bon goût de se distinguer par des mécaniques qui gardaient leur huile pour elles, qu’il s’agisse des 4 cylindres de 1500 puis 1600 cm³, ou du beau 6 en ligne 2.0. Son joli nom, voulu par Katsuji Kawamata, alors Président de Nissan après qu’il eut assisté à la célèbre comédie musicale éponyme lors d’un voyage aux Etats-Unis, ne fut néanmoins utilisé qu’au Japon et en Australie, l’auto étant tout simplement dénommée "Roadster" sur le reste de la planète.

Lui succéda en 1969 celle qui resta véritablement dans l’histoire. C’est Yutaka Katayama qui eut l’initiative de la 240Z, gagnant lui aussi au passage un pseudonyme lettré, puisqu’on le surnomma "Mister K". C’était à l’époque ou Nissan ne virait pas ses anticonformistes, mais les envoyait en exil loin du siège pour commander la filiale américaine. Bien lui en a pris, puisque Katayama-san y fit la fortune de la marque, avec son coupé sportif qui en offrait bien plus que la vieillissante MG B GT, mais "pricée" 200 dollars en-dessous. On connait la suite, de l’embourgeoisement progressif avec les 260 et 280Z, à la haut-de-gammisation de la 300ZX deuxième du nom en 1989, avant le retour au positionnement originel par la grâce des 350 et 370Z.

Autant vous dire que lorsque Nissan a vidéo-teasé la silhouette de la 400Z en compagnie d’autres futurs modèles de sa gamme, ça a méchamment fait le buZZ sur la toile. Tout y était, du long capot s’étirant sur plus d’un tiers de longueur de la voiture aux optiques avant en retrait de la calandre, en passant par la pente du hayon amorcée dès le haut de pare-brise, la remontée de la glace de custode en deux parties, et la face arrière verticale. Le 16 septembre à 9h30 Japan Time, j’étais donc connecté sur Youtube pour suivre le "Nissan Z Proto Digital Unveil", avec des attentes au Zénith.

Et là, Zut ! j’ai été déçu
A commencer par la couleur un peu Zarbi. Et pourtant, j’aime bien les carrosseries jaunes, particulièrement celles de la 240Z originelle en "Sunburst Yellow 411" ou "Sunshine Yellow 919", dont de vieux pots de base mate ont semble-t-il été retrouvés et mélangés par les designers du Z Proto, mais pas le verni qui va avec. La teinte obtenue ressemble furieusement à celle d’un taxi carioca après quelques années au soleil, l’affreuse bande latérale bleue pétrole en moins.

Et comme fait exprès, la nouvelle Z affiche de nombreuses zones noires contrastant violemment avec le fameux jaune, à commencer par l’énorme calandre rectangulaire dessinée à la règle à gabarit, évoquant l’ouverture d’une boite aux lettres de La Poste prête à avaler un Colissimo XL. S’y ajoutent le toit, les rétros, les optiques avant, les roues et le bandeau arrière intégrant les feux. Ces derniers font explicitement référence à la 300ZX des années 90, même si l’ensemble m’a également rappelé le panneau de tôle arrière noir que la 240Z empruntait parfois à certains roadster anglais cachant ainsi les traces de suie rejetées par l’échappement de moteurs chroniquement dérèglés. Quoiqu’il en soit, jaune et noir c’est la couleur des abeilles, des petites bêtes qui buZZent, ceci expliquant peut-être cela.

Mais ce qui est bien plus embêtant, c’est que je ne suis pas certain de situer la nouvelle venue sur la Z-Timeline. Je m’attendais à une évolution post-Covidienne de la 370Z, et je me retrouve avec un engin que je ne puis m’empêcher de rapprocher du "Z Concept" présenté par Nissan au Salon de Detroit, en 1999. Ce show-car portait alors un message important, puisqu’il signalait le retour du Coupé Z dans l’univers des sportives abordables, après l’onéreuse 300ZX qui se la jouait GT. Mais celui-ci n’inspira en rien le style de la 350Z lancée 3 ans plus tard, et pour cause. Si son ADN revendiquait clairement l’appartenance à la Famille Z, son dessin souffrait d’une exécution indécise, pour ne pas dire maladroite. En ce qui me concerne, je lui pardonne volontiers, puisque sa croupe vue du ¾ avant évoque nettement celle de la très belle Lancia Hyena Zagato de 1993, une auto dont je vous interdis de dire le moindre mal. Mais revenons au Z Proto, auquel on reconnaitra un style beaucoup plus résolu, ce qui est heureux puisqu’il préfigure à 90% ou plus celui de la 400Z attendue en 2021. Il n’en reste pas moins que lui aussi me donne l’impression qu’il manque un je-ne-sais-quoi à la recette finale, même si aucun des ingrédients n’a été oublié.

D’ailleurs, c’est peut-être bien là que réside le problème. A force d’allusions à son illustre devancière, le Z Proto me paraît avoir redessiné la 240Z plutôt que de l’avoir réinventée. Du coup, je me demande si ce n’est pas le néo-rétro qui commence à montrer des signes de fatigue, quand il en arrive à s’inspirer de modèles presque contemporains de celui qui en a initié le mouvement. Après tout, la 300ZX n’en était qu’à la mi-vie quand Volkswagen dévoila son Concept One en 1994, simultanément annonciateur de la New Beetle et d’un style qui perdure peut-être un peu trop.

Comme vous, j’ai aimé le remake de la Fiat 500 et avant elle, celui de la Mini. Mais je trouve qu’il est temps qu’elles se libèrent de leur passé réinventé, particulièrement la deuxième citée qui nous ressert tout de même peu ou prou le même dessin depuis 3 générations. Le Néo-rétro a jusqu’ici plutôt pas trop mal surfé sur l’équilibre subtil entre allusion, hommage, plagia et caricature. Mais il est peut-être temps qu’il prenne sa retraite, même si on laissera passer l’adorable Honda "e" avant la fermeture des portes, puisqu’elle nous fait redécouvrir les mérites esthétiques de la toute première Civic.

Peut-être les designers de Nissan avaient-ils cependant une bonne raison de se réfugier dans une contemplation nostalgique rassurante, s’agissant d’une catégorie probablement en passe de disparaitre. A l’heure où Toyota partage les frais avec Subaru ou BMW pour réaliser ses coupés sportifs, où Mazda copine avec Fiat pour sa MX-5, on ne peut que saluer l’initiative de Nissan d’avoir donné une descendante de plus à la dynastie Z. Pas sûr que l’équation économique ne fasse pas la gueule, mais on ne boudera pas notre plaisir alors qu’un SUV a été un temps évoqué comme possible successeur à la 370Z, un peu à la manière de Ford avec ses Puma et Mustang Mach-E. D’ailleurs, le marché européen sera privé de Z, avec ses normes pénalisant lourdement toute mécanique un tant soit peu intéressante, sans parler en ce qui nous concerne des malus de la Ministre Barbara.
Au fond, peu importe donc que le Z Proto m’ait un peu déçu : le plus important, c’est que Nissan n’ait pas perdu son alphabet.
Parce qu’il ne manquerait plus qu’un rhotacisme nippon nous ait privé de la 400Z.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

En effet il vaut mieux écouter la merveilleuse chanteuse plutôt que lire les projets de l’autre Barbara,l’une fait rêver l’autre pas(

Alain Boise, Le 01/10/2020 à 04:59

Desolé de venir ici pour parler du premier article du jour, mais franchement racheter une boite qui s'appelle Kleuster en plein Covid, je dis "respect !"..
;0))

Lucos , Le 01/10/2020 à 08:40

Sinon ...
A Pompili ...certains rêvent que ce soit aussi ces derniers jours .Semble t il
;0)

Ade Airix, Le 01/10/2020 à 08:50

Rapelle toi Barbara , il pleuvait sans cesse sur Brest ...ce jour-là...chantait le "poète"
;0)

Ade Airix, Le 01/10/2020 à 08:54

Moi, je la veux avec un ZZ Top !

Louis-Jean Hollebecq, Le 01/10/2020 à 09:23

Pour revenir aux traits relatifs à la future Nissan 400Z ...
"On" a connu les designers de Nissan salement plus mal inspirés pour certaines de leurs réalisations, il n'y a pas si longtemps...
Pour ma part je trouve que ce " teaser" mixe plutôt de belle manière tout à la fois les Z évocations de celle par laquelle tout a véritablement commencé en laissant le côté "my fairlady", à savoir, la 240z et sa lointaine descendance...la 350z (plus que la 370)..c'est qu'il s'agit d'une véritable saga (à moins qu'il ne s'agisse d'une épopée?).
Comme il est rappelé dans la chronique, dommage pour cause d'écologie punitive (ou dissuasive selon.d'autres) dommage donc... que le marché européen ne semble pas avoir droit à l'allocation de la distribution de ce séduisant coupé ... "On" voyait déjà une confrontation avec la Supra dans not' sport toto national, car les deux montures présentent quelques similitudes ...Il me semble (?)...les revues Suisses peut être ?
;0))

Ade Airix, Le 01/10/2020 à 09:25

La Z on est pas prêt d’en voir avec 50k€ de malus

Alain Boise, Le 01/10/2020 à 09:51

Comme le dit Alain, avec un tel malus - folie quand tu nous tiens - il n'est pas certain que cette Z soit commercialisée en France ?

Bruno Haas, Le 01/10/2020 à 10:06

50 K€ c'est en 2022 pour + de 225 g, en 2021 ce ne sera que 40 k€ pour la catégorie maxi CO²....
Pas assez cher mon fils !
;0))
PS : j'aimais bien la 300ZX version Z32 avec ses roues AR directrices.

Lucos , Le 01/10/2020 à 10:23

Au delà des réglementations nationales ubuesques ...
... Sauf erreur la 400Z est encore une full thermique ... çà aurait eu de la "gueule" dans le contexte présent de sortir une sportive avec un GMP hybride ... En "abordable il n'y a qu'Honda qui avait "reussi" ce coup avec la Crx sans que çà ne fasse d'ailleurs un "tabac" me semble-t-il ..Car la NSX ou la SF90, çà n'est pas à la portée de toutes les bourses, si j'ose dire ...
;0)

Ade Airix, Le 01/10/2020 à 10:47

La Clio S de 1993 avec son 1.4 sans âme et sa boite courte , quelle purge sur autoroute (et quelle consommation)

Jean Maurice, Le 01/10/2020 à 13:27

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 01/10/2020

Peugeot Japy sauvé mais 100 emplois supprimés

(AFP) - Le sous-traitant automobile Peugeot Japy à Valentigney (Doubs), qui était en redressement judiciaire, sera repris par l'industriel français F2J mais avec la suppression de 100 emplois à la clé, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

Equipementiers

Rupert Stadler devant la justice allemande

(AFP) - Le procès de l'ancien PDG d'Audi, filiale de Volkswagen, s'est ouvert mercredi devant un tribunal allemand où il doit répondre du trucage des moteurs de millions de véhicules diesel, cinq ans après la révélation du "dieselgate".

Constructeurs

Catégorie Analyse

Le Hummer est de retour, sans étincelle ni fumée

General Motors a enfin dévoilé son nouveau Hummer, plus de 8 mois après les premières révélations lors du SuperBowl 2020. La marque a disparu en 2010, alors qu’elle symbolisait tous les excès. Elle revient maintenant comme label électrique sous la marque GMC et, visiblement, la clientèle est au rendez-vous.

23/10/2020

Ecran total

Aujourd’hui, je vous invite à regarder le futur en face, droit dans les pixels. En souhaitant néanmoins que le progrès nous fasse vraiment progresser, dans tous les sens du terme. J’ai loué une voiture, et ça s’est mal terminé.

21/10/2020

Le retrofit des véhicules thermiques en véhicules électriques : est-ce que l'affaire est sérieuse ?

Le lobby du retrofit a le vent en poupe et a gagné en 2020 ses principales batailles. Il lui reste à gagner celle des marchés et des volumes et à sortir ainsi de l’artisanat. Cela passe par des baisses de prix drastiques qui elles aussi appelleront des soutiens publics forts. Cela peut apparaître aujourd’hui comme un pari risqué mais l’enjeu politique est fondamental : si l’électrification a, pour l’instant, un caractère très élitiste qui exclut de fait des pans entiers de la société, le retrofit peut permettre une décarbonation "inclusive" et mérite pour cela d’être soutenu.

19/10/2020

Pourquoi le Michigan et l'automobile représentent un enjeu de taille dans les présidentielles américaines

Les tensions montent à quelques semaines des élections présidentielles américaines. Les candidats visent naturellement les swing states, ces Etats qui font pencher la balance. Et parmi eux le Michigan, où se trouve le berceau de l’industrie automobile américaine et la capitale mondiale de l’automobile, Detroit. Si les grands électeurs ont voté pour l’actuel président en 2016, les sondages donnent pour le moment Joe Biden en tête dans le Michigan.

16/10/2020

Confus Panda !

Un panda, c’est 100 kg de pure tendresse. Enfin ça, c’est ce que je croyais jusqu’à la semaine dernière.

15/10/2020

L’erreur du WWF n’est pas seulement statistique, elle est politique

Le WWF a tenté de nous convaincre cette semaine que les SUV étaient non seulement les amis du réchauffement climatiques mais qu’ils étaient aussi les ennemis des ménages modestes. Taxer les véhicules selon leur poids serait dès lors doublement nécessaire : cela économiserait des tonnes de CO2 et cela préserverait aussi les pauvres vivant dans le monde peu dense de l’irrationalité des choix qui sont les leurs couramment. Pour produire un tel "résultat" le rapport produit des évaluations qui révèlent moins des erreurs méthodologiques qu’une erreur politique : mépriser un monde que l’on méconnait et traiter les choix que les gens qui l’ont structuré ont fait et font comme indignes de considération.

12/10/2020

Les problèmes de la reprise du marché automobile aux Etats-Unis

Les Etats-Unis font toujours face à la première vague de l’épidémie du COVID-19 mais cela n’empêche pas le marché automobile de reprendre des couleurs. La demande est plus soutenue que prévue et les concessionnaires peinent à suivre. Les deux mois d’arrêts de production et certains défauts au niveau de la chaîne d’approvisionnement se font toujours ressentir.

09/10/2020

Est-ce que ce monde est sérieux ?

C’est de taureaux dont je vous parle aujourd’hui. De ceux qui les chantent, de ceux qui les abandonnent et de ceux qui veulent les tuer.

08/10/2020

Luca de Meo et Renault : un plan, vite !

Les organisations syndicales, peu coutumières du fait alors que les élections des représentants au conseil d’administration vont se tenir la semaine du 5 octobre, ont unanimement rejeté le plan d’économie de leur direction. S’adossant au rapport qu’elles avaient demandé au cabinet Secafi et sans contester la nécessité d’un tel plan, elles pointent l’incohérence qu’il y a à exiger des économies et des réductions d’effectifs aussi drastiques sans qu’il soit possible de se projeter sur les priorités et in fine le travail qui sera demandé à chaque site ou chaque service. Elles mettent ainsi Luca de Meo face à une exigence qu’elles ne sont pas les seules à ressentir : Renault a besoin d’un plan stratégique et ne peut plus attendre pour qu’il lui soit donné.

05/10/2020