Publicité
Publicité
Salons - 17/10/2022 - #Renault , #Volkswagen , #Alpine , #Bmw , #Bugatti , #Byd , #Dacia , #Jaguar , #Jeep , #Lamborghini , #Peugeot , #Seat , #Stellantis , #Vinfast

A Paris, un Mondial de l'auto franco-chinois et plein de questions

Par AFP

(AFP) - Sans BMW, Lamborghini ou Jaguar, le Mondial de l'auto, qui débute à Paris le lundi 17 octobre, présentera en majesté des groupes français et chinois, posant des questions sur son avenir.

Une année sur deux, l'événement a longtemps marqué le mois d'octobre à la Porte de Versailles, rassemblant un million de mordus de voitures pendant deux semaines. 
Mais après une annulation en mars 2020 pour cause de pandémie, et dans un contexte compliqué pour l'industrie automobile, le Mondial a réduit la voilure. Les organisateurs visent cette année entre 300.000 et 400.000 visiteurs, sur une semaine seulement.   

Emmanuel Macron compte visiter longuement le salon lors de la journée pour la presse lundi, avant l'arrivée du grand public mardi. Le président de la République devrait faire des annonces sur l'offre de location d'électrique à
100 euros pour les foyers modestes, a indiqué l'Élysée vendredi soir. 

Renault est la seule marque à sortir le grand jeu en présentant lundi la nouvelle Renault 4, descendante de la fameuse "4L", un SUV électrique qui trônera aux côtés de la nouvelle Renault 5, électrique elle aussi. Dans le même groupe, Dacia et Alpine présentent des concepts futuristes.   

Du côté de Stellantis, Peugeot, Jeep et DS présentent quelques nouveaux modèles, tandis que Citroën a montré son concept "durable" Oli en amont du salon.

Les autres stars du salon, avec leurs grands stands, sont Ora, BYD ou VinFast, des marques chinoises et vietnamiennes de voitures électriques, qui se lancent à la conquête de l'Europe.
      
BNP remplace BMW
Aucun constructeur allemand ne fera le déplacement: après avoir investi des millions au salon de la mobilité de Munich, en septembre 2021, BMW comme Volkswagen feront l'impasse, avec leurs filiales Mini, Seat, Bugatti, ou Lamborghini.
Seul Mercedes s'invite à Paris pour une soirée le dimanche, mais à l'écart du Mondial. Les constructeurs japonais et coréens brillent également par leur absence.
Plusieurs banques comme la BNP ou le Crédit agricole exposeront des véhicules proposés à la location. Netflix et Lego sont aussi attendus.   

Pour attirer les visiteurs (avec un billet entre 16 et 30 euros), le salon a confié un grand stand aux youtubeurs automobiles Vilebrequin, qui exposeront quelques voitures historiques.
Les curieux iront aussi vers les constructeurs innovants comme Hopium et NamX, qui misent sur l'hydrogène, ou vers les tout petits fabricants français Devalliet et Pantore.   

Les salons ont-ils encore un intérêt, alors que l'automobile provoque encore trop d'émissions de CO2 et de morts sur les routes, entre autres?
La profession est très partagée depuis une dizaine d'années, et les marques se ruent sur Internet pour construire leur image. 
En 2021, le salon de Munich, qui tentait de s'ouvrir au vélo et autres mobilités, a été perturbé par de grandes manifestations écologistes. Le salon de Genève a été annulé à trois reprises, et prévoit une édition délocalisée au Qatar. 
   
"Se réinventer"
"Je vais au salon de l'auto parce que j'aime ça, parce que j'aime présenter le meilleur de ce qu'on fabrique", a lancé le directeur général de Renault Luca de Meo dans le Parisien, fin septembre. "Les salons de l'auto continueront de déplacer les foules", veut croire le dirigeant italien. 
Son concurrent Carlos Tavares est plus prosaïque: "Chez Stellantis, nous le voyons comme un outil marketing, que nous mettons en concurrence avec d'autres, par exemple un engagement sportif, une publicité. Si l'on a des choses à dire et qu'on peut capter l'attention des visiteurs et des médias, d'après nos calculs, un salon fait sens".   

Ces dirigeants doivent s'exprimer mardi lors d'un sommet consacré à l'automobile. Auparavant, ceux qui ont des usines en France auront dîné dimanche soir avec le président de la République. 
"Chaque édition devra se réinventer", a souligné Luc Chatel, qui coorganise le salon via la Plateforme automobile, lors de la présentation de l'événement. 
"Les salons sont l'illustration de ce qui se passe dans la filière", confrontée à un virage historique et très coûteux vers l'électrique.   

A l'écoute, le géant de la communication Hopscotch, qui organise le Mondial cette année, a voulu en faire un point de rencontre avec des futurs clients. 
"L'immense majorité des constructeurs nous a dit qu'ils ne veulent plus de salons", a expliqué Luc Chatel. "On pense que c'est une erreur, on va essayer de leur démontrer qu'ils ont eu tort".

Réactions

Quelle misère ! Chacun se trouve une bonne raison de ne pas faire ...

Les constructeurs pleurent après l'amateurisme des dirigeants qui n'érigent pas de barrière à la forteresse automobile européenne, et renoncent à se battre physiquement sur le terrain moquetté des salons ... qui semblait, en fait, être une ballade pour bagnolards nostalgiques si on lit entre les lignes.

Il est toujours plus facile de renoncer, il est toujours plus facile de dire non, il est toujours plus facile d'économiser que d'investir.

"L'immense majorité des constructeurs ne veulent plus de salons" ... ah, très bien. Donc, on arrête ?

J'ajoute une question, du coup ... l'immense majorité des clients particuliers ne veulent plus de VN à des prix prohibitifs ? Donc .... ?

Assez ! Est-ce que les professionnels présents dans la salle vont se lever pour défendre l'automobile et son incroyable écosystème ou ont-ils perdu le combat face à une minorité d'ecologistes hystériques , fondant leur action sur des théories de plus en plus discutées ?

Pendant ce temps, les constructeurs chinois présentent leur électroménager automobile sous les projecteurs ... navrant.

Allez, à tout à l'heure, entre banquiers, youtubers, 408 et chinoiseries !

Bonjour à tous. Texa France, l'entreprise que je dirige , investit environ 0,7 % de son CA 2022 pour exposer à Equip Auto cette semaine. Je pense qu'un stand au Mondial de l'Auto coûte proportionnellement beaucoup, beaucoup moins cher à un constructeur, d'autant plus cette année, avec un format fortement réduit (7 jours). D'accord avec Philippe Beauge. Il faut défendre la filière face au Car Bashing.

La fin du commentaire de Mr Beauge synthétise, probablement bien, cette "magnifique" édition qui a le mérite d'exister (pour rester positif !) ...
Avec les grèves, pour les 300 ou 400 000 visiteurs, c'est loin d'être gagné !
;0)

Philippe,
Ceci n'est pas nouveau et cela fait des années que les constructeurs indiquent ne plus vouloir mettre autant d'argent et de RH dans ce salon qu'ils ont déserté un par un pour arriver à la situation actuelle. Et effectivement sauf à présenter une nouvelle formule originale et combinant tout, on arrête. Il existe d'autres moyens de faire monter les clients dans les bagnoles ne serait-ce que les portes ouvertes nationales et régulières qui marchent très bien quand bien organisées.
De plus personne de produits depuis quelques années, alors pourquoi dépenser plus alors qu'on sait le 1er janvier que tout sera vendu ?
Certaines annonces sont surprenantes de la part des dirigeants français qui ne font pas venir toutes leurs marque et qui ne sont pas allé à Munich. Avec ça ne soyons pas surpris que les Allemands ne soient pas là, c'était joué d'avance.
La grand-messe de la Bagnole c'est fini, est-ce triste ou est-ce le temps qui passe et qui efface ?
Personne n'en sait rien et nous verrons quand la demande va redevenir inférieure à l'offre dans 5 ou 6 ans.
Lucos, 13 Mondial au compteur..
;0)

ADRX,
Magnifique est très excessif, je pense plutôt que c'est désastreux !
Si vous analysez bien, en maintenant ce salon coûte que coûte en annonçant aux 80% d'absents qu'ils allaient voir et qu'ils allaient forcément revenir, la PFA fait involontairement une incroyable promotion et un merveilleux lancement des marques chinoises en France qui n'en espéraient pas tant alors que nous n'avons aucun protectionnisme européen comme le leur ou celui des USA.
Il y a une erreur stratégique incroyable de la part de la filière.
;0)

Signe des temps, on achète de plus en plus par internet...
A quand l'achat généralisé de la voiture à distance sans l'avoir jamais essayée ?
Un salon c'est aussi vendre du rêve et permettre de nous évader.
Le jour où la voiture ne sera plus considérée que comme un déplaçoir, la vie sera bien triste...

@ Lucas ...mon intention en mettant des guillemets à magnifique était d'indiquer que justement cette édition du, très peu, Mondial ne l'était point...magnifique ... désolé !

Quant au protectionnisme ..."Not' Président" s'aperçoit un peu tard du protectionnisme des Chinois ou des Américains ...
Le dire c'est bien (ou mieux), prendre les dispositions ça reste à faire dans un environnement qui demeure idéologiquement libre échangiste pour tout un tas de raisons qui viennent s'agréger.
Il feint d'oublier d'ailleurs qu'il a des comptes à rendre à "Bruxelles", quand bien même il voudrait prendre des mesures plus protectrices ... Conjoncturellement, son copain Olof semble agité par les mêmes convulsions, tout récemment...
Des actes pas des paroles ... !

Même si la peur n'évite pas le danger, quant aux absents, ils laissent la place libre pour les "chinoiseries" ...quelle clairvoyance !
Bon dans l'immédiat, Hyundai et Kia se régalent...de ce point de vue je rejoins la deuxième partie de votre commentaire sur l'erreur stratégique ...Mais le patron de la filière, à part son ton compassionnel, que fait il de bien concret pour défendre la filière ... Il accompagne "la fin de vie" et au mieux il gère le "marasme" (?).
;0)

Gigadézol ADRX le neurone était encore froid...
;0))

J'ai moins de Salon de l'Auto de Paris -je ne me résoudrai jamais à appeler ce salon Mondial de l'Auto- que Lucos à mon compteur, mais un certain nombre quand même, et cette année est la première, sans doute pas la dernière où je n'irai pas Porte de Versailles. Trop cher, trop chinois.
Nos dirigeants politiques ont tué l'automobile. A quoi bon organiser des "salons" ?
Game over. Same players (do not) shoot again.

Ce n'est pas faux tout ce qui est écrit ici aujourd'hui...mais personne de pointer le doigt historiquement sur le formidable virus industriel qui à empoisonné l'industrie auto mondial et qui date des premières (vrais) voitures hybrides de Toyota et d'un outsider avec les premières Tesla qui sont restés plus de vingt ans sans vaccin (c'est une image) du fait de la paresse et désolante stratégie aveugle de leurs concurrents.
Aucun industriel auto s'est donné la peine de travailler l’impérieuse nécessité de travailler sur les basses consommations du moteur essence ! Enterré le mythe du moteur deux litres aux 100 km.
Après le coup de massue (financièrement ruineux) du Dieselgate voilà que numéro un de l'industrie auto allemande le groupe VW lui même, se lance sans EXPERTISE dans le domaine de la connectivité et IA auto, et dans une production mono-produit de VE déjà obsolètes à peine produits !!
Restant encore une fois dans une stratégie industrielle arrogante, et sans issue, voilà qu'ils viennent de communiquer qu'ils investissent des milliards sur une des plus grandes farces industrielles de tout les temps la "voiture dite autonome" et pire encore dans un pays de dirigeants autocrates, la Chine !
La stratégie de partage de R&D et savoir faire avec la Chine est un péril à venir pour VW. Nous faire croire que la Chine est le seul avenir incontournable de millions de vents de VE concentré dans un seul continent, est d'une absurdité totale.
Le croquemitaine auto chinois et de l'avis de spécialistes américains mettra plus de vingt ans à progresser et à ce faire connaitre, et au vu des ventes ridicules en Europe du nord ce n'est pas gagné !! Les chinois n'ont jamais rien innové du point de vue industriel !
Exemple: regardez ce que devient la copie avec de multiples déboires des avions Airbus en Chine. L'export des mêmes c'est bien loin!
Ce n'est pas pour autant que la filière électrique va progresser chez les constructeurs auto des pays du nord développé !
Au contraire puisque la technologie des batteries la plus avancée n'est pas dans leurs mains et encore moins mature et industrialisée !!
l'Asie n'est pas que la Chine, il y a la Corée autrement plus dangereuse pour la filière.
Comme la culture client de ceux-ci est basée sur le mépris et prix de commercialisation scandaleux, reportés à chaque fois sur le client final, beaucoup de constructeurs courent au désastre !
Finalement et concernant encore la Chine, c'est les produits mobiles à basse valeur ajoutée qui vont en premier donner le coup de grâce aux petites industries de chez nous !
Le premium chinois est pour le moment une vaste blague juste bon à cibler l'excentrique occidental riche ! Le contraire si c'est un produit coréen !!
L'automobiliste européen va encore faire VIVOTER ses constructeurs nationaux pour un moment, mais cela ne va pas durer !
Nous parlions de salons, voilà une raison pourquoi ils sont là !!

C'est vrai Bruno, et j'avais oublié que le Salon était annuel avant 1988 !
Du coup je me suis trompé dans mon décompte par élimination des éditions pas faites.
Ca fait 5 Salon de l'Auto et 11 Mondial donc.. soyons précis !
;0))

Alpine, Byd, Citroën, Dacia, DS, Greatwall, Jeep, Peugeot, Renault, Vinfast.
C'est Franc-Sino-Vietnamien.
10 marques présentes, 5 groupes...
;0)

Aux dernières nouvelle les cadors de VW sont encore empêtrés dans leurs logiciels auto, les malheureux !
Info sur le net chez des spécialistes de la chose:

"Le SUV Macan électrique devait arriver en 2023, mais on apprend qu’il n’arrivera sur le marché qu’en 2024. Les raisons à cela ne sont pas inhérentes à Porsche, ni dépendantes d’une quelconque pénurie.
Il s’agit en effet d’un problème de développement de logiciel par Cariad, la division software de Volkswagen. La production de la version définitive du logiciel E3 1.2 est en cause dans ce retard.
Ce premier délai pourrait par ailleurs en créer d’autres par une réaction en chaîne. La plateforme PPE doit en effet servir au développement de trois autres modèles électriques du constructeur de Stuttgart.
De fait, le Porsche Boxster et le Porsche Cayman électrique, c’est-à-dire les deux modèles de la gamme 718, pourraient être impactés aussi. Ce serait aussi le cas du Cayenne « zéro émission », dont on ne connaît pas la date de commercialisation.
Enfin, le développement d’une deuxième version du logiciel par Cariad est en réflexion. Porsche réfléchit, ainsi, à concevoir son propre logiciel si les retards venaient à s’accumuler."

Tesla se fait taper sur les doigts en Chine...et il résout les problèmes par Update à distance ...et voilà les dix ans de retard dans dans tronche chez les cadors allemands !
Achetez teuton, ils vous adorent !!
Ils ne seront pas au Salon...pour éviter que vous lui posez des questions désobligeantes !!

... Belle revue de presse très spontanée sur les misères " logicielles " de Porsche / VW ...
"des fois que l'on passe à côté".
.. Je songe à tous les " pauvres " consommateurs déjà en train de déchirer, fébrilement, leur bon de commande de "Cayman" électrique.

Semble-t-il ...Les "Cariad-tides" en quelque sorte ...Attention aux fondations pour le gros oeuvre !.
;0))

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Alliance Renault-Nissan, le mythe du "nécessaire rééquilibrage"

Le rééquilibrage de l’Alliance est maintenant un "marronnier" dans la presse automobile. De facto, l’Alliance est déséquilibrée puisque ce qui l’a fondé est un appel au secours d’un constructeur important auquel a répondu un constructeur qui l’était moins et qui a tellement bien fait son travail que le déséquilibre s’est confirmé. Ajoutons à cela des arbitrages du patron de l’Alliance peu porteur de rééquilibrage et nous avons une question que, par bienséance, on se refuse à clore en réaffirmant un droit du plus fort capitalistiquement. A force de persévérance, le terrain pour un abandon en rase campagne d’un contrôle légitime d’un constructeur par un autre est prêt. Si, plutôt que de résister à cette pression, on s’y soumet, la marronier va mourir et l’Alliance avec.

Autour de l'auto

Bornes de recharge intelligentes et modules photovoltaïques parmi les finalistes des Trophées de l’INPI

L’INPI (*) a révélé les 15 finalistes de son concours annuel qui récompense, dans 5 catégories, les entreprises françaises "qui ont fait de l’innovation un pilier de leur croissance, en menant une politique de propriété industrielle volontaire et cohérente". Un jury composé d’une quinzaine d’experts de l’innovation désignera le 30 novembre prochain les 5 lauréats.

Salons - 24/01/2023

J-8 avant Rétromobile !

Le rendez-vous annuel de la voiture ancienne à Paris, le salon Rétromobile, débutera mardi avec la soirée VIP et se poursuivra en journée, du 1er au 5 février. Cette année, la traditionnelle vente aux enchère d'Artcurial se déroulera sur 3 jours, tant le nombre de véhicules proposés à la vente est important (plus de 250).

Salons - 05/01/2023

A Las Vegas, la voiture autonome affiche ses progrès, et ses limites

(AFP) - Au grand salon des technologies CES à Las Vegas, les participants peuvent commander un Uber se conduisant tout seul, découvrir des navettes publiques sans volant et observer toute une palette de capteurs censés accompagner l'avènement de la voiture autonome, sur une route encore semée d'embûches.

Salons - 25/10/2022

Mondial de l’auto 2022 : des visiteurs et des clients

Le salon de Paris était pour la première fois très orienté business avec une organisation commerciale sur chacun des stands. Les visiteurs et les clients ont répondu présents. Les exposants qui ont joué le jeu s’en félicitent.