Publicité
Publicité
Constructeurs - 18/10/2022 - #Renault , #Chrysler , #Peugeot , #Fiat , #Stellantis

Carlos Tavares critique "le dogme du véhicule électrique pour tous"

Par AFP

(AFP) - "On ne peut pas rester sur le dogme du véhicule électrique pour tous, parce qu'il est trop cher", a lancé lundi Carlos Tavares, le directeur général de Stellantis, le groupe issu de la fusion de Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler, mettant en cause une transition énergétique trop rapide en Europe.

"La décision dogmatique qui a été prise de ne vendre que des électriques en 2035 (dans l'UE) a des conséquences sociales pas gérables", a estimé Carlos Tavares, le dirigeant du groupe aux 14 marques lors d'un entretien avec la presse.

"Cette couche de dogme doit maintenant être complétée par une couche de pragmatisme", qui implique notamment de continuer à subventionner les ventes d'hybrides, a indiqué M. Tavares.

Stellantis s'est pourtant engagé à fond dans l'électrification de ses gammes, avec la Peugeot e208 et la Fiat 500 en tête de gondole. Il veut diviser ses émissions de carbone par deux d'ici à 2030 par rapport à celles de 2021 et les abaisser de 90% d'ici à 2038.

Mais proposer des voitures à moins de 20.000 euros (hors bonus) dans les trois à cinq prochaines années est improbable "et elles ne seront certainement pas fabriquées en France !" a lancé Carlos Tavares.

Si Renault promet une nouvelle R5 "made in France" et abordable, sans précisions, les Peugeot 308 et 3008 électriques qui vont être produites en France promettent en effet d'être bien au-dessus des 20.000 euros.

Dans ce cas, "comment protéger la liberté de mouvement des classes moyennes qui ne vont pas pouvoir accéder à l'achat d'un véhicule électrique ? Dire à la classe moyenne +restez chez vous+, ce n'est pas gérable politiquement", a lancé M. Tavares, peu après avoir reçu Emmanuel Macron sur le stand Peugeot.

"Il faut offrir une solution de transition", pour que les classes moyennes continuent à remplacer leurs vieilles voitures par des voitures hybrides, moins polluantes, mais pas encore électriques, a argumenté M. Tavares.

Le rival chinois
Le "leasing social" pour les voitures électriques que le gouvernement veut mettre en place fin 2023 est également "une mesure intelligente", même s'il devrait plutôt atteindre 120 à 150 euros par mois au lieu des 100 annoncés, selon M. Tavares.

Si les tarifs des voitures électriques ne baissent pas, "la vraie concurrence va venir des Chinois", qui ont un coup d'avance sur la voiture électrique, et qui sont nombreux au Mondial de l'automobile, a prévenu M. Tavares.

"Les taxes à l'importation des véhicules en provenance de Chine devraient être symétriques à celles qui sont appliquées aux véhicules occidentaux en Chine", a-t-il ajouté, alors qu'il renégocie actuellement sa présence industrielle en République populaire.

A la création de Stellantis en 2020, Peugeot-Citroën a fusionné avec Fiat-Chrysler pour "changer de ligue", a-t-il rappelé : "ça nous donne plus de moyens pour faire face aux enjeux de l'avenir, notamment pour résister à la croissance chinoise".

Revenant sur les tensions avec la Chine et la Russie, M. Tavares a prévenu que si le monde se fragmentait en "bulles", le prix des véhicules risquait de monter. La hausse des coûts des matières premières risque aussi de mettre des groupes automobiles en danger. "On verra bien qui survivra à la période 2020-2030", a lancé M. Tavares.

Renault n'est "pas dans la même ligue" et s'est allié à un groupe chinois, AESC Envision, pour fabriquer ses batteries, a-t-il souligné.

Contrairement à Renault aussi, Stellantis n'envisage pas de séparer ses activités thermique et électrique. "On ne va pas couper l'entreprise en morceaux, décider qu'une partie est obsolète pour mieux courir avec l'autre".

Le dirigeant portugais plaide globalement pour une "liberté de mouvement" automobile, qui est le nom d'un forum qu'il va lancer au printemps 2023.

"Aujourd'hui il y a un mouvement organisé contre l'automobile, il va porter atteinte à la liberté des citoyens", a conclu M. Tavares.

Réactions

Je vois que le "Mondial" est en train de nous vendre du rêve..
;0)

Cette attaque en règle de l'UE m'enchante.
Merci monsieur Tavares, vous êtes le meilleur, et de loin.

A ce sujet, on voit beaucoup, beaucoup Tavarès, mais où est Renault ??
Allo la régie ya qqun ?
;0))

Rigolez il est jaloux. Hi,hi...
Luca on l'a vu pas mal à la télé avec Macron en train de lui raconter des conneries sur une R5 affreusement tunnée avec le plus gros mauvais goût tapageur et inutile de fausse sportivité !
C'est dommage de ne pas voir cette année de vrais et chères sportives allemandes !
Vous me croyez ?

Quand C.Tavares parle un langage de vérité depuis déjà un moment, les hypocrites de tout acabit (qui le comprennent parfaitement) ferment le clapet devant lui !
Il ne pouvait faire que la même stratégie industrielle de tout le monde et sinon cela aurait été sa mort et celle du groupe !! Son plus gros coup...l'alliance avec FIAT et aller sur le continent américain et ses 330 millions de consommateurs !!
Nous verrons si Renault va s'en sortir aussi bien !! Pour l'instant il y a encore de la place !!

Heureusement que vous aviez appelé Tavares pour le conseiller de fusionner..
Mais quel gros relou le Durand, incroyable !
;0(

Depuis le temps !
... Carlos Tavares a t il été enfin entendu par le Chef de l'Etat au cours du dîner ou lors de la visite du " salon de Versailles " ?
... Entendu oui, probablement (c'est que le gars est poli), converti c'est autre chose ... Et pourtant dans ce sujet comme dans dans bien d'autres (énergétique, défense, armement, ...) le suivisme allemand est mortifère pour les intérêts tricolores. Faudra-t-il que les rares atouts restants soient grillés, sommes nous condamnés à cela ...(?) Plutôt que la pérennisation du couple "Franco Allemand" tel le ravi de la crèche (pour rester soft), d'autres alliances étaient (sont ?) possibles, même dans le cadre européen...ce n'est pas la voie choisie et c'est bien dommage...
Il est vraisemblable que la dette abyssale de l'état ne favorise pas une certaine " indépendance d'esprit " (quand les gars de 120 kilos disent des choses, ceux de 60 les écoutent...)
Dans le discours présidentiel, ces temps-ci, il y a de timides inflexions déclaratives...
Comme toujours, l'important, ce sont les actes et il y a matière ...
Si l'espace est réduit, çà n'est pas une raison pour ne rien tenter ..
Y aurait il un "mal français" ? ...Pour le mâle, l'on sait ce qu'il est, hélas ...
;0))

L'on sait ce qu'il en est (désolé)
;0)

Mondial ... ou simple foire régionale aux sèche-cheveux à roulette chinois, la question est posée quand on a visité l'événement ?
L'UE va-t-elle :
1 - enfin ouvrir les yeux et décider de taxer les véhicules électriques chinois en réciprocité aux taxes à l'importation imposées par l'Empire de Xi ?
2 - enfin lancer un plan hydrogène vert afin de développer un savoir-faire européen en matière de PAC et moteur à combustion à hydrogène ?
3 - oser un grand plan "e-fuel" pour sauver l'expertise des motoristes européens ? A suivre ...
Une chose est certaine : on ne pourra pas reprocher à Carlos TAVARES d'avoir prévenu même s'il prêche, pour l'instant, un peu dans le désert !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Salons

Face à l'électrique, des artisans de l'automobile se rebellent

(AFP) - A l'heure où, de Detroit à Pékin, le monde automobile investit des sommes colossales pour la révolution électrique, dans un petit atelier du Vercors, quelques mécaniciens assemblent une petite voiture sportive avec un bon vieux moteur à explosion, au bruit rassurant pour les nostalgiques des "roadsters".

Réseaux

Cosmobilis élargit encore son périmètre en intégrant Bee2link

La holding Cosmobilis, notamment propriétaire du groupe Bymycar, a repris l’éditeur Bee2link et ainsi ajouté la brique technologique qui lui manquait pour créer une "plateforme web d’automobilité" pour servir ses clients mais aussi pour proposer ses services à d'autres distributeurs. Explications avec Carlos Gomes, le CEO de Cosmobilis.

Marchés

CA-CF lance l'autopartage rural

Crédit Agricole Consumer Finance annonce aujourd’hui le lancement de son programme d’auto partage en milieu rural avec une première offre dans l’arrière-pays niçois. Une solution pour les zones où les transports publics traditionnels n’offrent pas de solution alors que les ZFE vont se mettre en place.

Constructeurs - 01/02/2023

Volvo France : des ambitions encore bridées par la capacité à produire

En 2022, les immatriculations de Volvo en France ont été fortement impactées par les pénuries de semi-conducteurs avec un décalage croissant entre les commandes et les livraisons. Le réseau devra encore gérer la pénurie en 2023 avant de se préparer à un objectif de doublement des volumes en 2026. Les explications de Yves Pasquier-Desvignes, Président de Volvo Car France.

Constructeurs - 31/01/2023

Renault abaisse sa participation dans Nissan pour relancer des coopérations

Renault et Nissan ont annoncé hier dans un communiqué commun avoir atteint un accord sur leur coopération future. Celui-ci doit encore être validé par le conseil d’administration de chacun des deux constructeurs. Renault Group neutralise  28,4% de ses actions de Nissan dans une fiducie qui sera chargée de les vendre. L’accord prend acte d’une situation de fait dans laquelle Renault Group ne faisait rien d’une participation qui cristallisait la rancœur de son supposé partenaire…

Constructeurs - 31/01/2023

Suzuki aura 5 modèles électriques en Europe en 2030

Avec 2,97 millions de voitures vendues dans le monde en 2022, Suzuki a réalisé une croissance de plus de 7% sur un an mais est en recul de 11% par rapport à 2019. La marque prévoit d’avoir 5 modèles électriques en Europe en 2030 qui pèseront 80% de son mix, contre 20% au Japon et 15% en Inde.