Publicité
Publicité
Constructeurs - 30/05/2022 - #Alfa Romeo , #Alpine , #Ferrari , #Mclaren

F1 : face à l'inflation, le plafond budgétaire divise

Par AFP

(AFP) - Faut-il le relever ou rester sur un statu-quo ? Face à la flambée des coûts, plusieurs écuries de Formule 1 veulent désormais voir relever le plafond de dépenses qui leur est imposé, un choix loin de convenir à l'ensemble du paddock.

"C'est un cas de force majeure, c'est une situation, évidemment, qu'aucun d'entre nous n'aurait pu prévoir, qui a fait augmenter les coûts. De manière pragmatique, nous devons simplement trouver une solution de bon sens", a expliqué le patron de Red Bull Christian Horner samedi, en marge du Grand Prix de Monaco.
La décision d'instaurer un maximum de dépenses pour les écuries au cours d'une saison a été prise en 2020 dans le but de réduire les écarts budgétaires entre grosses et petites équipes et d'améliorer la compétition. Mercedes, Ferrari et Red Bull ont été particulièrement affectées.
Sans surprise, les deux autres "top teams" s'alignent sur la position de Red Bull et de son patron. 

"Je pense que la seule chose que nous puissions faire (...) c'est de nous donner un peu d'air, d'augmenter le plafond budgétaire face à l'inflation, qui est quelque chose que nous ne prévoyons jamais", a assuré le patron de la Scuderia Mattia Binotto, certain que le budget sera dépassé chez Ferrari. 
Même son de cloche chez Mercedes: "tout le monde est confronté à une situation où, même avec la meilleure volonté du monde, il est presque impossible de faire tenir les équipes" sous le plafond, a assuré Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie en piste de Mercedes
Le week-end dernier, Horner avait déjà estimé qu'"environ sept des équipes engagées (sur dix au total, ndr) allaient probablement devoir manquer les quatre dernières courses pour être sous le plafond cette année".
   
"Tout le monde peut y arriver"
Parmi les "petites équipes", Alfa Romeo et Alpine ne sont toutefois pas du même avis. "Nous sommes dans une situation où, tôt ou tard, nous devrons arrêter le développement des voitures, car nous serons à la limite de notre budget, et je pense que tout le monde peut y arriver", a assuré Frédéric Vasseur, patron d'Alfa Romeo.
"Je pense que c'est possible. Quand il y a une volonté, il y a un moyen. Nous avons fixé un plafond budgétaire, et nous devons nous y tenir", a pour sa part défendu Otmar Szafnauer, le patron d'Alpine.
Il a expliqué que "la plupart des équipes établissent leur budget en novembre-décembre, pour l'année suivante. À cette époque, l'inflation était déjà de plus de 7% (...) nous avons pris cela en considération lorsque nous avons établi nos budgets".

Chez McLaren, le Team Principal Andreas Seidl, fervent défenseur du plafond budgétaire instauré en 2021, est aujourd'hui plus nuancé: "nous faisons toujours pression pour nous assurer que nous introduisons le plafond budgétaire (...) mais je pense que si nous avons des circonstances exceptionnelles comme en ce moment (...) on doit pouvoir avoir des discussions de bon sens et trouver de bonnes solutions pour le sport".

Le plafond budgétaire a été abaissé de 145 millions de dollars (132 millions d'euros) l'an dernier à 140 millions de dollars (127 million euros) cette année. Il doit passer à 135 millions (123 millions) en 2023... entre deux et trois fois moins que ce que dépensaient Mercedes, Ferrari ou Red Bull avant cette règle.

Réactions

Réduction du nombre de grand prix? Une piste vite,et chez Haas qui vient de faire du bois sur le Rocher ça urge.
Binotto quel stratège !reviens Jean!

Vivement que l'on passe à l'électrique pour tenir les budgets en F1...
Je plaisante.
Les chiffres budgétaires sont quand même mirobolants (on se croirait dans le football), et on n'a vraiment l'impression que deux mondes se côtoient dans une même compétition, les grandes écuries et les autres aux budgets moindres.
1ère et 2ème divisions sur les circuits dans les mêmes courses...
Mais ce n'est pas nouveau...

En F1 pour connaitre le constructeur gagnant il suffisait de faire le classement des budgets...
Donc y revenir ?
;0)

Et encore Clerion, de mémoire je crois que dans ce budget ne sont pas pris en compte :
le salaire des pilotes
le salaire des 6 plus gros salaires....
les frais de marketing sur place.

Voili :)

Alors une réponse plus précise que ma mémoire défaillante :)

"Le plafond budgétaire concerne presque tous les domaines (développement de la voiture, salaires du personnel exceptés les pilotes, dégâts, logistique...) mais il exclut les les 3 plus gros salaires de l'écurie ainsi que les coûts marketing, les primes des salariés, les charges (comme le coût de l'usine), l'impôt sur les sociétés, le coût d'achat d'un moteur client (plafonné séparément à 15 millions d'euros), les coûts de transport lors des weekends de Grand Prix et de test (comme le coût de l'hôtel et de l'avion). Le coût d'entrée au championnat du monde ainsi que celui des superlicences sont également exclus du plafond.

La modification du plafond en 2020 a également permis d'exclure de nouveaux domaines du plafond : les coûts des salariés en congé parental ou en arrêt maladie, ainsi que les assurances maladie des salariés."

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Nominations

Changements au sein de la direction de BMW Amérique du Nord

A compter du 1er septembre 2022, BMW Group Amérique du Nord annonce la nomination de deux nouveaux directeurs : Raymond Wittmann devient membre du comité de direction en charge des finances, succédant à Stefan Kramer et Marcus Casey devient vice-président du marketing de la marque BMW, succédant à Uwe Dreher.

Constructeurs

Toyota réduit à nouveau son plan de production pour juin

(Reuters) - Le japonais Toyota Motor Corp a revu vendredi, pour la deuxième fois cette semaine, son plan de production mondiale pour le mois de juin, réduisant sa production prévue d'environ 50.000 véhicules à 800.000, une décision justifiée par la reprise du coronavirus et le confinement à Shanghaï.

Analyse

Renault : que restera-t-il après l’été d’un examen sérieux du "projet de scission" ?

Le conseil d’administration de Renault avait à examiner des questions très fondamentales concernant la Russie et les conséquences à tirer de ce qui s’est produit en matière de stratégie de l’entreprise dans les émergents ou le rythme et les formes d’électrification de ses gammes. Au lieu de cela, depuis février, il n’est plus question que du fameux "projet de scission". A mesure que de très nébuleux, le projet devient un tout petit peu plus raisonnable et précis, il devient à la fois plus défendable et moins nécessaire.

Constructeurs - 06/12/2022

Près de 70 km d'autonomie en 100% électrique pour la nouvelle Prius

Toyota s'apprête à commercialiser la 5e génération de Prius, à la mi-2023. Le modèle, qui ne sera proposé qu'en hybride rechargeable en Europe, adopte une ligne beaucoup plus séduisante et se dote d'une plateforme totalement revue autorisant près de 70 km d'autonomie électrique et un niveau d'émission de CO2 de 19 g/km.

Constructeurs - 01/12/2022

Véhicules électrique : vers une valeur résiduelle de 50% à 9 ans ?

La transition énergétique vers le véhicule électrique couplée au changement d’usage apporté par le numérique et l’exploitation des données des véhicules redéfinit le business model de la chaîne de valeur automobile. L’une des conséquences pourrait être une moindre obsolescence des véhicules avec des valeurs résiduelles qui auront une bien meilleure tenue, a souligné Nicolas Harlé, partner de Bain & Company lors d’une conférence de la PFA.