Publicité
Publicité
Constructeurs - 30/05/2022 - #Renault , #Tesla , #Geely , #Mitsubishi , #Nissan , #Volvo Cars

Plusieurs partenaires intéressés par l'entité thermique de Renault

Par Reuters

Plusieurs partenaires intéressés par l'entité thermique de Renault

(Reuters) - Renault a reçu plusieurs demandes de partenariats pour la future entité de moteurs thermiques qu'il entend créer au côté d'une entité dédiée à l'électrique et aux logiciels, et dont il pourrait ne conserver que 40%, ont dit à Reuters plusieurs sources proches du dossier.

Le groupe au losange doit détailler à l'automne, lors d'un "capital market day", son projet visant à créer en son sein un pôle électrique basé en France, et un autre basé à l'étranger et rassemblant des sites de moteurs et de transmissions essence et hybrides en Espagne, au Portugal, en Turquie, en Roumanie et en Amérique latine.

"Les études avancent très bien et confirment le fort potentiel de l'opération", a dit le directeur général Luca de Meo lors de l'assemblée générale de Renault à Paris. Il a ajouté que toutes les options restaient sur la table pour un projet destiné notamment à redresser un cours de Bourse en berne.

En partageant les coûts d'une activité essence encore dominante, mais appelée à décroître rapidement sur la décennie, notamment en Europe, en raison de l'évolution de la réglementation, Renault espère dégager des fonds à réinvestir dans l'électrique, une technologie dont il a été pionnier avec Nissan et Mitsubishi, mais où il est désormais éclipsé par des "pure players" comme Tesla.

"Le groupe a déjà reçu des demandes de partenariats" pour l'entité ICE (moteurs à combustion interne), a dit à Reuters une des sources.

Si le constructeur automobile français entend bien rester  majoritaire dans son pôle électrique, qui emploiera environ 10.000 personnes et qu'il pourrait introduire en Bourse au second semestre 2023, il prévoit de demeurer seulement actionnaire de référence, et pas de contrôle, de son entité thermique, qui comptera un effectif similaire.

"Renault devrait conserver une participation significative, mais pas majoritaire", a dit une autre source. "Même si ce n'est pas figé, on parle actuellement de 40% pour Renault et 60% pour des partenaires."

Le constructeur a refusé de faire un commentaire.

"Ne pas tout faire nous-mêmes"

Le projet de transférer les activités thermiques et hybrides dans une entité basée à l'étranger fait craindre à la CGT que le groupe contribue ainsi à la désindustrialisation dont souffre la France depuis de nombreuses années.

"Les moteurs thermiques et hybrides ont encore un avenir en Europe, y compris en France", écrit le syndicat dans un tract publié avant l'AG, ajoutant qu'à ses yeux, "le 100% électrique en France présente un énorme danger pour l'avenir du groupe Renault et son indépendance à court terme".

Parmi les partenaires potentiels de l'activité thermique, Luca de Meo a évoqué en avril Nissan, d'autres groupes automobiles et des investisseurs de long terme.

Le directeur général de Renault doit d'ailleurs se rendre à nouveau au Japon fin juin pour discuter notamment d'une participation éventuelle de son partenaire nippon à ses projets d'entités électrique et thermique.

Engagé dans une restructuration drastique pour redresser sa situation financière, Renault a scellé récemment de nouvelles associations à côté de ses alliances historiques avec Nissan, Mitsubishi et Mercedes.

Il a ainsi cédé début mai 34% de sa filiale sud-coréenne au chinois Geely Automobile Holdings, déjà propriétaire de Volvo Cars et actionnaire de Mercedes, et compte développer avec lui dans un premier temps des véhicules hybrides produits dans l'usine Renault de Busan.

Cette recherche de partenariats vaut pour le thermique, mais aussi pour l'électrique.

"Face à ce défi immense, nous pensons que la bonne méthode n'est pas de tout faire nous-mêmes mais d'adopter une approche horizontale", a poursuivi Luca de Meo devant les actionnaires. "Cela nous permet de partager les investissements et les risques, tout en accélérant le temps de mise sur le marché" des voitures électriques. 

Réactions

Oups ou plutôt « Nupes » ?
Quand la CGT déclare martialement, je cite : "Les moteurs thermiques et hybrides ont encore un avenir en Europe, y compris en France" « on » se réjouit presque !
… « On » déplore, simplement, que la centrale (pas à charbon, quoique …) et ses « gentils animateurs » ne parviennent pas à instiller cette conviction auprès de tous les « Kamarads » de la « Nupes » … Idem, avec toute la « troïka » du gouvernement qui a préféré rester bien au chaud plutôt que d’aller porter la « bonne parole » à Davos … C’est que le lieu est un peu connoté en ces temps de « campagne » … !
Ce projet de scission encore une splendide ID … désolé ! … une splendide idée, voulais je dire, soufflée par un cabinet de management qui va finir par faire « Geely, geely » avec le « partenaire ».
Le verbiage bien huilé du « séducteur à la pochette blanche » ressemble étrangement à celui tenu par le « trop visionnaire » Serge Tchuruk lorsqu’il entreprit, déjà bien conseillé lui aussi, le démantèlement du conglomérat diversifié ALCATEL, œuvre d’Ambroise Roux très décriée par les « François Lenglet » de l’époque » … On sait ce qu’il en advint (… du groupe, les « Francois Lenglet » vont bien eux), notamment mais pas seulement, pour la partie « Telecoms »
Oups !

On est effectivement en train d'assister à un "détricotage" du groupe Renault avec séparation des activités moins rentables en Europe de l'Ouest c'est-à-dire du thermique.
Nous n'avons pas trop d'informations de STELLANTIS sur ce sujet de séparation des activités.
A suivre... (au sens propre et figuré ?)

S'ils ne font plus les moteurs "eux-mêmes" pour reprendre les mots de Renault, ils feront quoi ?
Acheter des pièces de Lego aux mieux disant localisés à Pétaouchnock et assembler ce Lego dans un autre Pétaouchnock ? De qui se moque-t-on ?

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Nominations

Changements au sein de la direction de BMW Amérique du Nord

A compter du 1er septembre 2022, BMW Group Amérique du Nord annonce la nomination de deux nouveaux directeurs : Raymond Wittmann devient membre du comité de direction en charge des finances, succédant à Stefan Kramer et Marcus Casey devient vice-président du marketing de la marque BMW, succédant à Uwe Dreher.

Constructeurs

Toyota réduit à nouveau son plan de production pour juin

(Reuters) - Le japonais Toyota Motor Corp a revu vendredi, pour la deuxième fois cette semaine, son plan de production mondiale pour le mois de juin, réduisant sa production prévue d'environ 50.000 véhicules à 800.000, une décision justifiée par la reprise du coronavirus et le confinement à Shanghaï.

Analyse

Renault : que restera-t-il après l’été d’un examen sérieux du "projet de scission" ?

Le conseil d’administration de Renault avait à examiner des questions très fondamentales concernant la Russie et les conséquences à tirer de ce qui s’est produit en matière de stratégie de l’entreprise dans les émergents ou le rythme et les formes d’électrification de ses gammes. Au lieu de cela, depuis février, il n’est plus question que du fameux "projet de scission". A mesure que de très nébuleux, le projet devient un tout petit peu plus raisonnable et précis, il devient à la fois plus défendable et moins nécessaire.

Constructeurs - 06/12/2022

Près de 70 km d'autonomie en 100% électrique pour la nouvelle Prius

Toyota s'apprête à commercialiser la 5e génération de Prius, à la mi-2023. Le modèle, qui ne sera proposé qu'en hybride rechargeable en Europe, adopte une ligne beaucoup plus séduisante et se dote d'une plateforme totalement revue autorisant près de 70 km d'autonomie électrique et un niveau d'émission de CO2 de 19 g/km.

Constructeurs - 01/12/2022

Véhicules électrique : vers une valeur résiduelle de 50% à 9 ans ?

La transition énergétique vers le véhicule électrique couplée au changement d’usage apporté par le numérique et l’exploitation des données des véhicules redéfinit le business model de la chaîne de valeur automobile. L’une des conséquences pourrait être une moindre obsolescence des véhicules avec des valeurs résiduelles qui auront une bien meilleure tenue, a souligné Nicolas Harlé, partner de Bain & Company lors d’une conférence de la PFA.