Publicité
Publicité
Salons - 04/10/2021

Le salon de l'auto de Genève fera son retour en février en version réduite

(AFP) - Le salon de l'automobile de Genève fera son retour en février après deux ans d'absence, en version néanmoins réduite, dans un climat encore "fragile et incertain", a reconnu son directeur général dans un entretien publié vendredi par le quotidien suisse l'Agefi.

Auteur : AFP

Partager cet article

Lundi, la fondation qui chapeaute l'événement a donné son aval à la tenue du salon, a indiqué Sandro Mesquita, qui a repris la direction de ce salon en avril 2020, au quotidien économique et financier, estimant qu'il s'agit d'une décision "courageuse" dans le contexte actuel.
"Il y a d'un côté la situation sanitaire, et de l'autre les problèmes auxquels doit faire face l'industrie automobile comme la pénurie de semi-conducteurs qui met sous-pression la livraison et la production de nouveaux véhicules", a-t-il souligné.
Quelque 60 marques ont déjà confirmé leur présence, dont Audi, Renault, Skoda, Seat et Kia, les marques de prestige Bugatti, Rimac et Koenigsegg ou encore les nouveaux acteurs de la mobilité électrique urbaine, tels que le suisse Softcar, l'allemand E.go et le français Hopium, a-t-il détaillé.

Mais le nombre de participants pour cette édition, qui se tiendra du 19 au 27 février 2022, est très éloigné des 160 exposants qui avaient participé à la dernière édition d'avant-pandémie, avec de grands absents, dont Ferrari ainsi que Stellantis, propriétaire entre autres des marques Peugeot, Citroën, Opel, Fiat, Alfa Romeo, Maserati.
"Dans le groupe VW, deux filiales manqueront à l'appel, Bentley et Lamborghini", a ajouté M. Mesquita.
Les organisateurs du salon sont "encore en attente de décision de certaines marques", a-t-il précisé, expliquant qu'il n'était pas concevable de sacrifier une troisième édition.
"Nous aurions pris le risque de perdre notre notoriété et peut-être même mis en péril celle prévue pour 2023", a-t-il défendu.

 Avec la crise sanitaire, ce salon international de l'automobile avait dû annuler son édition de 2020, puis de 2021.
Pour accélérer son redémarrage, les organisateurs du salon automobile de Genève se sont alliés à Qatar Tourism, l'organisme de promotion du tourisme, avec qui ils comptent créer un nouveau salon automobile de "renommée internationale pour le Moyen-Orient", a expliqué M. Mesquita.
Cette édition 2022 se tiendra sur place mais aussi en partie en ligne, comme le font désormais de nombreux grands salons.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Heureux de cette nouvelle et merci aux Qataris de soutenir le Salon,comment Stellantis peut il être absent?
Et Paris?

Alain Boise, Le 04/10/2021 à 04:25

Le Suisse Softcar, l'Allemand E.go et le Français Hopium remplacent les 14 marques de Stellantis. Le salon est sauvé.
Quelle misère !

Bruno Haas, Le 04/10/2021 à 10:07

"Version réduite" = plus qu'un seul hall sur les 2...
et à 21 CHF l'entrée ça fait cher la visite chez maitre GIMS !
;0)

Lucos , Le 04/10/2021 à 10:14

Cela va éviter d’aller à Monaco pour voir le Prince rouler en Tesla !!
Nous verrons à Genève des caisses délirantes à plus de deux millions d’euros !!
Celles en thermique qui tout en coûtant une fortune… vont disparaître !!
Ah oui… le sandwich à 28 euros !

Durand Pierre, Le 04/10/2021 à 12:24

Vous êtes mauvaise langue, la mayo est gratuite..
;0))

Lucos , Le 04/10/2021 à 16:20

La mauvaise langue, c'est quand la blague est de très mauvais goût...
;-)

Clerion , Le 04/10/2021 à 16:46

Une mayoniaiserie est-elle de mauvais goût ?
;-)

Clerion , Le 04/10/2021 à 16:48

Et les cornichons sont-ils gratuits !
Quand nous croisons une voiture avec une plaque d’ambassade m’a femme me dit toujours: voilà un cornichon diplomatique !!

Durand Pierre, Le 04/10/2021 à 18:21

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 04/10/2021

Le come-back des nouvelles mobilités se dessine

Les 15 années qui se sont écoulées ont conduit à voir monter et redescendre des convictions fortes quant à la nécessité pour l’automobile mondiale de changer profondément. Le véhicule connecté, le véhicule autonome, le véhicule électrique ou les nouvelles mobilités ont ainsi acquis puis perdu aux yeux des uns et des autres le statut d’évidente obligation de faire la révolution. Le véhicule électrique a ainsi connu une vague très ascendante pendant la crise de 2008 puis le reflux a été très net avant que la vague ne remonte après 2015 pour finalement emporter l’industrie. Les "nouvelles mobilités" avaient elles aussi paru aptes à changer profondément cette industrie il y a 10 ans et étaient assez clairement au creux de la vague ces dernières années. Elles pourraient bien imiter le véhicule électrique et réussir leur come-back.

Analyse

Ivan Segal, DCF Renault : "Nous pouvons annoncer des délais fiables"

Sur le mois de septembre, la marque Renault a repris la tête du marché VP devant Peugeot sur le marché total, comme sur le canal des particuliers. Les délais de livraisons sont très longs mais ils sont fiables et la France a obtenu des "volumes de production additionnels sur Clio". Le point sur la situation de la marque en France avec son directeur commercial, Ivan Segal.

Constructeurs

Catégorie Salons

Hyundai va renforcer son offre à l'hydrogène

(AFP) - Hyundai accélère encore dans l'hydrogène et compte proposer des moteurs à hydrogène sur tous ses utilitaires à partir de 2028, a annoncé mardi le constructeur.

08/09/2021

Allemagne : les activistes du climat protestent contre le salon de l'auto

(AFP) - Autoroutes bloquées, slogans déployés dans un lac ou sur un pont : les activistes du climat ont pris pour cible mardi le salon allemand de l'automobile (IAA), où est attendue dans la journée la chancelière Angela Merkel en pleine campagne électorale, ont constaté des journalistes de l'AFP.

08/09/2021