Publicité
Publicité

Edition du Lundi 25 janvier 2021

25/01/2021

Les conversions de Carlos Tavares

Analyse

Pour lancer Stellantis qu’il dirige pour 5 ans au moins, Carlos Tavares a tenu la semaine du 18 janvier un discours très enthousiaste et optimiste qui cherche à convaincre qu’il lui sera possible de dégager les synergies annoncées tout en tenant les deux engagement clés pris : ne pas supprimer de marques et ne pas fermer d’usines. Adossé à des résultats 2020 qui, comme ceux dévoilés par VW la même semaine, seront probablement très flatteurs, la crédibilité de ce discours est associée à des leviers technologiques et industriels éprouvés lors du redressement de Opel. Il ne doit toutefois pas obérer l’importance que le soutien public aux constructeurs a eu pour préserver leur profitabilité dans la crise. L’après Covid risque dès lors de voir reposée la question des surcapacités.

Stellantis, un bouclier de protection pour l’emploi, selon Carlos Tavares

Constructeurs

A ceux qui s’inquiètent des risques pour l’emploi de la mise en œuvre des synergies entre les actifs de PSA et ceux de FCA, Carlos Tavares inverse la proposition et assure que c’est l’absence de rapprochement qui aurait représenté un risque. Le risque pour l’emploi, a dit Tavares, vient des décisions des gouvernements, et notamment de l’interdiction de vente des véhicules thermiques. C'est ce qui menace l'usine que le groupe possède au Royaume-Uni.