Publicité
Publicité
Constructeurs - 02/11/2022 - #Volkswagen , #Alfa Romeo , #Chrysler , #Dongfeng , #Jeep , #Maserati , #Peugeot , #Fiat , #Stellantis

Stellantis : la coentreprise qui produit les Jeep en Chine dépose le bilan

Par AFP

(AFP) - Stellantis, né de la fusion Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler, et son partenaire chinois GAC ont annoncé lundi le dépôt de bilan de leur coentreprise qui produit des Jeep en Chine, au moment où le groupe automobile revoit sa stratégie dans le pays.

Stellantis et Guangzhou Automobile Group Co (GAC) ont "approuvé une résolution autorisant [leur] coentreprise à déposer le bilan", a indiqué dans un communiqué le groupe aux 14 marques, évoquant un "contexte déficitaire".   

Stellantis avait annoncé en juillet son retrait de cette entreprise faute d'avoir réussi à y prendre une part majoritaire. GAC a précisé de son côté que cette décision des actionnaires avait été prise à l'unanimité.
Jeep, qui est en cours d'électrification, était l'une des principales pistes de développement pour Stellantis en Chine, où il n'avait que 0,5% de parts de marché début 2022.
Le groupe discute actuellement avec son partenaire Dongfeng de l'avenir de Peugeot et Citroën sur le premier marché mondial, où le groupe n'a jamais réussi à percer, alors que Volkswagen y a vendu plus de 3 millions de voitures en 2021.   

Les marques étrangères doivent y composer avec des contraintes réglementaires et une multitude d'acteurs locaux qui ont gagné en compétitivité, en particulier sur le créneau de l'électrique. 
Jeep ne vendra désormais que des voitures importées. Un plan produit "comportant le détail des modèles disponibles pour le marché chinois sera rendu public prochainement", a précisé un porte-parole de Stellantis à l'AFP.   

Stellantis a indiqué que le modèle de distribution avec les concessionnaires chinois "reposerait sur les mêmes principes que ceux qui sont aujourd'hui profitables pour Maserati et Alfa Romeo", deux autres marques du groupe qui ont connu de bons lancements sur le marché chinois.
Plus tôt ce mois, le directeur général de Stellantis Carlos Tavares avait averti que son groupe pourrait à terme ne plus produire de voitures en Chine, selon la tournure que prenaient ses négociations avec ses partenaires locaux.

Réactions

Au moins quand est à pas grand chose, la chute est elle moins sévère ...
;0)

Comique de répétition : quand la Chine envahira Taïwan Stellantis pourra se féliciter. On ne peut pas en dire autant des constructeurs américains et européens.

Gouverner c'est prévoir! Mieux vaut donc certainement quitter la Chine sur le plan industriel et importer (malgré les obstacles dressés par le gouvernement chinois) des véhicules car dès l'invasion de Taïwan par les armées de Xi Jinping, cela fera des dégâts pour ceux qui disposent d'usines dans l'empire du Milieu...

Autant la mise au banc de la Russie n’a fait de mal qu’à quelques entreprises dont Renault au premier chef, autant celle de la Chine n’a sans doute aucune chance de se produire : quelles que soient les exactions commises par Pekin depuis des décennies (en interne et même après les annexions militaires d’iles contestées) rien n’a été fait à part deux ou trois vagues protestations.
Et n’oublions pas que Taïwan n’est pas un pays indépendant reconnu internationalement à la différence de l’Ukraine.
Tant que les USA n’auront pas rétabli leur indépendance industrielle vis à vis de la Chine il ne se passera rien.
Et comme le chancelier allemand vient de se rendre en Chine pour leur dire que le soutient total apporté officiellement il y a quelques jours à la Russie par ces derniers n’empêcherait pas le business, aucune chance que l’Europe fasse plus qu’une protestation énergique, voire même très énergique quand Pekin envahira Taïwan…

Quand la Chine envahira Taïwan Stellantis pourra se féliciter. On ne peut pas en dire autant des constructeurs américains et européens ? C'est leur affaire.

@Durand Pierre
Votre commentaire a été désactivé. Il y a des règles de courtoisie à respecter sur ce site. Si vous voulez que cet espace de discussion reste un espace de liberté, il est nécessaire que les échanges restent d’un bon niveau, sans vulgarité et sans agressivité. A défaut nous vous supprimerons la possibilité de poster des commentaires.
@Jean-Michel Prillieux
Votre commentaire reprenant une phrase de celui de Durand Pierre a été désactivé pour la même raison.

@Florence Lagarde
Très bien je note, et je n'aurais aucun mal à respecter ces règles et cela fait longtemps que j'attendais un surveillance de votre part, et du moment que certains ici, toujours les mêmes ne tournent pas ce site professionnel en dérision scandaleuse avec des blagues douteuse surtout au moment de news qui ne leurs plaisent pas et sans aucun commentaire approprié ni inscription en faux !
C'est scandaleux qu'ils prennent ce site pour leur propriété personnelle et s'attaquent ad hominem et pas seulement à ma personne !!
Il sont assez lâches pour justement ne pas faire le serment de s'arrêter.
Ils se croient être dans toute impunité ! Lamentable.
Moi je suis prêt à suivre vos règles à partir d'aujourd'hui !!

@Durand Pierre,
Je vous remercie pour votre message et votre compréhension.

La Chine n’envahira pas Taïwan…..à mon avis

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Le groupe Sipa se sépare de ses concessions BMW-MINI

Le groupe dirigé par Hubert Gérardin va cesser ses relations avec le groupe BMW-Mini en cédant ses concessions de Périgueux et Agen au groupe Eden Auto et sa concession de Montauban au groupe Koala, l’ensemble représentant un volume de 720 VN en 2021.

Constructeurs

Software République, un modèle collaboratif "décoiffant"

La Software République, c’est la concrétisation de la volonté de Luca de Meo d’assurer une souveraineté européenne dans le développement de nouvelles offres de mobilité. Elle regroupe, depuis un peu plus d'1 an, six entreprises européennes (toutes également un peu françaises). Eric Feunteun, Chief Operation Officer Software République et Mustapha Bouraoui, VP Strategic Marketing STMicroelectronics nous expliquent le fonctionnement de cette organisation originale et ses premiers résultats.

Analyse

Jeter de l’huile sur le feu ou progresser vers un new deal automobile européen

Alors que le débat est en train d’être clôt à Bruxelles, il a tendance à Paris à s’hystériser. Plus précisément les anti-électriques s’y manifestent bruyamment alors que les partisans des choix fait à Bruxelles sont aussi diserts outre-Quiévrain que cois au bord de la Seine. Pour qu’ils puissent sortir de cette schizophrénie, il faudrait sans doute qu’ils cessent de considérer que l’intendance industrielle suivra pour se donner les moyens de proposer à l’automobile européenne un new deal industriel électrique européen.

Constructeurs - 24/11/2022

Pièces de rechange Renault et PSA : quand Mediapart dénonçait une fraude qui n’existait pas…

Dans un article publié en mai 2018 et largement relayé par de "grands médias", Mediapart dénonçait des hausses de tarifs "en violation des règles de la concurrence" des pièces de carrosserie de Renault et PSA. Le quotidien relayait en réalité une action en justice dans laquelle la cour d’appel de Paris vient de conclure qu’aucune violation des règles n’avait été démontrée…

Constructeurs - 23/11/2022

Pierre-Paul Mattei, responsable design Peugeot 408 : "Pousser le curseur loin sans oublier qu’une Peugeot doit avoir de l’allure et rester élégante"

Peugeot organisait hier en avant-première pour les journalistes du jury Car of the Year, les essais de la nouvelle 408 dont les premières livraisons sont prévues en mars 2023. Nous y avons rencontré le responsable design de la voiture, Pierre-Paul Mattei, qui nous explique les spécificités et les défis de cette nouvelle silhouette positionnée entre une berline et un SUV. Cette Peugeot 408 s’inscrit dans le même programme que les 308 et 308 SW avec qui elle partage de nombreux composants.

Constructeurs - 22/11/2022

Horse, Ampere et autres entités : quelles conséquences pour les salariés français du groupe Renault

Les conséquences sociales de la stratégie annoncée par Luca de Meo lors du Capital Market Day du 8 novembre dernier seront détaillées aux organisations syndicales lors d’un comité central social et économique (CCSE) le 2 décembre prochain. La répartition des salariés dans plusieurs entités dont deux nouvelles, Horse et Ampere, intervient au moment où se négocie avec les syndicats l'application de la nouvelle convention collective de la métallurgie ainsi que l’ensemble des droits "maison". Cela fait beaucoup de changements…